2 min de lecture Manifestations

1er mai : Rodrigues comprend "cet élan de sympathie de 'gilets jaunes' vis-à-vis des casseurs"

INVITÉ RTL - Figure des "gilets jaunes", Jérôme Rodrigues livre sa vision des violences commises durant les manifestations, la veille du rassemblement prévu à Paris pour le 1er mai. Des black blocs ont appelé à l'émeute.

RTL Soir On Refait le monde - Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
"Gilets jaunes" : Rodrigues peut comprendre "un élan de sympathie" vis-à-vis des casseurs Crédit Image : Zakaria ABDELKAFI / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
WP_20170503_044%5b2535%5d
Joanna Wadel
Journaliste

L'une des figures des "gilets jaunes", Jérôme Rodrigues, manifestera le mercredi 1er mai à Paris, au côté des syndicats. Un rassemblement sous pression que des centaines de black blocs promettent de transformer en émeute.

Malgré ce climat de violence, le manifestant renonce à annuler sa participation à l'événement : "Si les membres du gouvernement et certains services de renseignement sont au courant, c'est à eux d'intervenir", annonce-t-il d'emblée sur RTL.

Mais si Jérôme Rodrigues, blessé à l’œil suite à un tir de LBD en janvier dernier, se range parmi les "manifestants pacifiques", son objectif premier n'est pas de "se démarquer" d'un appel à un "acte final" pour faire de Paris "la capitale de l'émeute". Le "gilet jaune" qui appelle au calme, précise qu'il manifestera pour la fête du travail, à l'instar de ses congénères, en tant que travailleur.  

Lorsque la répression se met en place (...) je peux comprendre que certains accèdent à un climat de violence.

Jérôme Rodrigues
Partager la citation

Concernant l’ambiguïté maintenue par certains membres du mouvement vis-à-vis des casseurs et des auteurs d'actes violents, qu'ils peinent à dénoncer, le porte-parole se montre plus nuancé : "Je peux comprendre que certains "gilets jaunes" adhèrent à cette mentalité des éventuels fauteurs de troubles" explique-t-il. Une tolérance qu'il justifie par "la protection" que les individus radicaux fourniraient face aux violences policières. Pour cette même raison, Jérôme Rodrigues dit comprendre "cet élan de sympathie de certains 'gilets jaunes' vis-à-vis des casseurs". 

À lire aussi
François Hollande à Paris, en 2017 Lille
François Hollande "regrette" avoir été empêché de tenir une conférence à Lille

"Lorsque la répression se met en place, les arrestations arbitraires, je peux comprendre que certains accèdent à un climat de violence", précise le militant, qui évoque "23 copains", qui "comme (lui)", ont perdu un œil. Jérôme Rodrigues appelle le gouvernement à revoir "sa méthodologie de maintien de l'ordre"

Le militant dénonce "Toutes formes de violences"

Le représentant tient à distinguer syndicats et syndiqués, appelant à la convergence des mobilisés "quelque soit la couleur de leur gilet", et reconnaît avoir eu des contacts avec certains black blocs pour "mettre les choses au clair" après "certains passages médiatiques". Il dénonce cependant "Toutes formes de violences", qui selon lui, n'auront pas leur place ce 1er mai, considéré par le mouvement comme le jour de mobilisation des travailleurs "gilets jaunes" pour la fête du travail. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manifestations 1er mai Gilets jaunes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants