2 min de lecture 1er mai

Manifestation du 1er mai : à quoi s'attendre ?

ÉCLAIRAGE - Le traditionnel défilé syndical du 1er mai sera cette année rejoint par les "gilets jaunes". Les autorités craignent, comme en 2018, une journée de violences avec la présence de "black blocs".

RTL Petit Matin - Julien Sellier RTL Petit Matin Julien Sellier iTunes RSS
>
Manifestation du 1er mai : à quoi s'attendre ? Crédit Image : Alain JOCARD / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Micro RTL (illustration)
Guillaume Chieze et Sarah Duhieu

Les organisateurs appellent à une mobilisation massive. Pour le défilé du mercredi 1er mai, jour traditionnel de manifestations, "gilets jaunes" et "black blocs" veulent marquer les esprits. Sur un événement Facebook, ils annoncent vouloir faire de Paris la "capitale de l'émeute", faisant craindre une nouvelle journée de violences.

Cette manifestation sera un "véritable test" pour le maintien de l'ordre, estime une source policière. Depuis l'arrivée du nouveau préfet de police Didier Lallement, plusieurs dispositifs ont été mis en place pour muscler la réponse face aux casseurs : zone d'interdiction de manifester, contrôles préventifs, unités anti-casseurs plus réactives, commandement unique ou encore utilisation de drones.
>> Suivez la journée de mobilisation en direct.
Mais depuis des années, les militants radicaux des "black blocs" évoluent et s'adaptent aux différentes doctrines policières et aux nouveaux outils utilisés par les forces de l'ordre, comme les drones, qui risquent de faciliter la reconnaissance faciale.

Les commerces fermés sur le parcours

Le 1er mai, fête du travail, est traditionnellement une journée de mobilisation pour les organisations syndicales. La CGT, FO, la FSU, Solidaires, l'Unef et l'UNL ont appelé à un défilé pour '"amplifier les batailles pour que les urgences sociales et climatiques soient enfin prises en compte par le gouvernement et le patronat". A Paris, le défilé partira de la gare Montparnasse à 14h30 pour rejoindre la place d'Italie. Il passera par les boulevards de Port-Royal, Saint-Marcel et de l'Hôpital.

Les "gilets jaunes" pourraient se greffer à cette manifestation. Toujours "remontés" après la conférence de presse d'Emmanuel Macron, le 25 avril, ils espèrent une "convergence des luttes" avec les syndicats et partis politiques de l'opposition.

À lire aussi
Alexandre Benalla, à Paris, le 19 février 2019 justice
Alexandre Benalla porte plainte contre l'association Anticor

En prévision d'un défilé tendu, la préfecture a ordonné aux commerçants situés sur le parcours de la manifestation de "fermer leurs établissements le temps de la manifestation". Cela concerne les commerces, débits de boissons et restaurants situés sur le parcours du cortège intersyndical.

La crainte des mêmes débordements qu'en 2018

Les autorités craignent "des risques de même nature" que ceux qui ont émaillé le défilé du 1er mai, l'an dernierDes affrontements avaient éclaté entre les forces de l'ordre et plus d'un millier de "black blocs", près de la gare d'Austerlitz, à Paris, à la suite de dégradations commises en marge du défilé.

Armés de cocktails Molotov pour certains, des casseurs avaient pris pour cible un restaurant MacDonald's, des magasins et des voitures.

Cette année, le trajet frôlera au moins deux symboles macronistes : la Rotonde, restaurant où le candidat d'En Marche avait célébré sa qualification au second tour de l'élection présidentielle, et la place de la Contrescarpe, où son ex-conseiller Alexandre Benalla avait brutalement interpellé un couple le 1er Mai 2018.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
1er mai Gilets jaunes Manifestations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants