2 min de lecture 1er mai

Fête du Travail : des manifestants appelés à porter des masques à l'effigie d'Alexandre Benalla

Sur Facebook, le collectif Attac France a "convié" les manifestants de ce mercredi 1er mai "à un "Benalla Bloc festif au sein du cortège".

Un gilet jaune portant un masque à l'image d'Alexandre Benalla, le 2 février 2019
Un gilet jaune portant un masque à l'image d'Alexandre Benalla, le 2 février 2019 Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Il y a un an, jour pour jour, les prémices de ce qui deviendra "l'affaire Benalla", débutaient. En marge du défilé du 1er mai 2018, l'ex-collaborateur de l'Élysée, Alexandre Benalla, avait commis des violences à l'encontre d'un couple place de la Contrescarpe. Une année plus tard, le défilé du 1er mai est sous haute tension, entre les cortèges des syndicats, les "gilets jaunes" et la menace des Black Blocs

Comme le souligne Le Parisien, plusieurs collectifs, dont Attac France, ont appelé les manifestants à porter des masques à l'effigie d'Alexandre Benalla. Sur une page Facebook, appelant à manifester ce mercredi, on peut lire : "Un an plus tard, la justice n'a toujours pas été rendue et les atteintes à l'État de droit se font de plus en plus graves : violences policières couvertes par des mensonges d'État, loi 'anti-casseurs' qui menace la liberté fondamentale de manifester, arrestations abusives de journalistes…". 

Quelques lignes plus bas, "Attac France et les collectifs Cerveaux Non Disponibles et Cartoncroustille, souhaitent vous convier à un 'Benalla Bloc' festif au sein du cortège 'euphorie collective' le 1er mai 2019".

À lire aussi

Une enquête sur les passeports diplomatiques

Les révélations concernant cette affaire tentaculaire continuent à émerger. Dernier élément en date : le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, Patrick Strzoda, et son chef de cabinet, François-Xavier Lauch, ont été entendus par les juges chargés de l'enquête sur les passeports diplomatiques d'Alexandre Benalla. 

À lire aussi
Alexandre Benalla, à Paris, le 19 février 2019 justice
Alexandre Benalla porte plainte contre l'association Anticor

Le but était d'éclaircir les conditions dans lesquelles l'ancien chargé de mission à l'Élysée a continué à utiliser ces documents après sa mise en examen en juillet 2018 pour des violences lors du 1er mai et son limogeage

Interrogé sur sa proximité avec Alexandre Benalla, Emmanuel Macron a déclaré lors de sa première conférence de presse que son ancien garde du corps n'a "jamais été protégé par l'Élysée".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
1er mai Alexandre Benalla Manifestations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants