1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Grippe : Michel Cymes rappelle pourquoi il faut se faire vacciner
2 min de lecture

Grippe : Michel Cymes rappelle pourquoi il faut se faire vacciner

Même si la grippe risque de moins circuler avec l'épidémie de Covid-19, il faut quand même se vacciner pour protéger les plus fragiles, explique Michel Cymes.

Covid-19 : Qui peut être volontaire pour tester un vaccin ? (illustration)
Covid-19 : Qui peut être volontaire pour tester un vaccin ? (illustration)
Crédit : EVA HAMBACH / AFP
Grippe : Michel Cymes rappelle pourquoi il faut se faire vacciner
03:03
Grippe : Michel Cymes rappelle pourquoi il faut se faire vacciner
03:03
Michel Cymes - édité par Coline Daclin

La campagne de vaccination grippale a commencé et les personnes fragiles sont particulièrement encouragées à se faire vacciner cette année. Or, en France, il existe un scepticisme vis-à-vis des vaccins, qui nous fait regarder comme des extra-terrestres par nos voisins. 

Cette année, il est fort probable qu'il y ait beaucoup moins de cas de grippe, grâce ou à cause du coronavirus. En effet, les gestes barrières le sont pour la Covid-19, mais aussi les autres virus comme celui du rhume ou de la gastro-entérite, et bien sûr de la grippe. Plus on se lave les mains et plus on porte le masque, moins on attrape les virus et on contamine notre entourage.

Dans les pays de l'hémisphère sud qui sortent de l'hiver austral, l'épidémie de grippe s'est ainsi effondrée avec l'apparition du coronavirus. Il semble écraser tous les autres virus.

Une manière de protéger les plus fragiles

Mais malgré ces bonnes nouvelles, il reste important de se faire vacciner. En effet, dans certains pays européens, on a vu que les personnes qui ont eu la grippe en février puis le coronavirus en mars ou en avril ont fait plus de formes graves de la maladie ou en sont morts. Selon les spécialistes, le système immunitaire ayant été "essoré" par sa lutte contre la grippe n'a pas pu réagir efficacement contre la Covid-19. Quand on est vacciné contre la grippe, on n'est pas vecteur de contamination : c'est donc une manière de protéger les autres et les plus fragiles.

À lire aussi

Comme tous les vaccins, l'efficacité à 100% n'existe pas. Pour le vaccin anti-grippal, tout dépend des années, car le vaccin est établi à partir des souches de virus qui ont circulé pendant l'hiver austral. Plus l'épidémie circule, plus le virus touche de personnes, et plus il y a un risque de mutation. Si le virus mute, il y a un risque que le vaccin ne touche pas toutes les souches du virus en circulation. Or, peu de monde a été touché par l'épidémie de grippe cette année de l'autre coté de l'Équateur, ce qui signifie que le virus a peu muté, et qu'il est théoriquement très efficace.

S'il ne faut peut-être pas le rendre obligatoire, il serait intéressant d'élargir le public à qui le vaccin est destiné. Car pour obtenir l'immunité collective pour la grippe, il faudrait que 75% de la population soit vaccinée. C'est particulièrement vrai pour le personnel soignant, qui par définition est en contact avec des gens fragiles ou malades. On le rappelle : travailler au contact de ces publics et ne pas se faire vacciner, c'est prendre la responsabilité de transmettre le virus, avec des conséquences qui peuvent être dramatiques. Il faut en être conscient.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/