1 min de lecture OMS

Covid-19 : l'OMS n'envisage pas de laisser le virus circuler pour l'immunité collective

Le directeur de l’OMS a rappelé que laisser le virus circuler librement pour développer chez les populations une immunité collective n'était pas envisageable. "C'est scientifiquement et éthiquement problématique", a-t-il déclaré.

Un patient infecté par le coronavirus (illustration)
Un patient infecté par le coronavirus (illustration) Crédit : JOHN MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

"Jamais dans l'histoire de la santé publique, l'immunité collective n'a été utilisée comme stratégie pour répondre à une épidémie, et encore moins à une pandémie. C'est scientifiquement et éthiquement problématique", a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une conférence de presse. Lundi 12 octobre, l’OMS a ainsi considéré qu’il n'était pas envisageable de laisser la Covid-19 circuler librement dans le but de développer une immunité collective

"Laisser libre cours à un virus dangereux, dont nous ne comprenons pas tout, est tout simplement contraire à l'éthique. Ce n'est pas une option", a insisté le directeur. Tedros Adhanom Ghebreyesus a ajouté qu’une large majorité des personnes dans la plupart des pays "sont susceptibles de contracter ce virus". "Les enquêtes de séroprévalence suggèrent que dans la plupart des pays, moins de 10% de la population a été infectée", a-t-il détaillé. 

L'immunité au coronavirus : un concept encore mal connu

Par ailleurs, le directeur de l’OMS a expliqué que pour l’heure, les scientifiques n’avaient pas assez d’informations sur l'immunité qui se développe chez certains malades atteints du coronavirus. Il a mis en avant que certains d’entre eux ont été à nouveau contaminés. 

La plupart des personnes contaminées par le coronavirus "développent une réponse immunitaire au cours des premières semaines, mais nous ne savons pas si cette réponse est forte ou durable, ni si elle diffère d'une personne à l'autre", a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

À lire aussi
Donald Trump, à la Maison Blanche, le 4 novembre 2020 santé
États-Unis : ce que Donald Trump a demandé à l'OMS avant de la quitter

Le patron de l’OMS a expliqué que le concept d'immunité collective est utilisé dans les campagnes de vaccination en rappelant que pour la variole il faut que 95% de la population soit vaccinée pour que les 5% restant soient immunisés. Pour la polio ce taux atteint 80%.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
OMS Coronavirus Virus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants