1. Accueil
  2. Actu
  3. Santé
  4. Coronavirus : 3 questions sur le vaccin de Pfizer et BioNTech, autorisé en Europe
3 min de lecture

Coronavirus : 3 questions sur le vaccin de Pfizer et BioNTech, autorisé en Europe

ÉCLAIRAGE - Malgré un développement particulièrement rapide, ce vaccin contre la Covid-19 a montré un niveau d'efficacité suffisant lors de ses essais cliniques.

Le vaccin Pfizer/BioTech (illustration)
Le vaccin Pfizer/BioTech (illustration)
Crédit : JOEL SAGET / AFP
Victor
Victor Goury-Laffont
Journaliste

L'agence européenne des médicaments (AEM) a autorisé, ce lundi 21 décembre, une mise sur le marché conditionnelle du vaccin co-produit par Pfizer et BioNTech. Les approbations de la Commission européenne puis de la Haute autorité de santé devraient suivre dans les jours à venir pour permettre un lancement rapide de la campagne de vaccination.

Après plusieurs mois de pandémie, il s'agira du premier vaccin contre la Covid-19 à être utilisé dans l'Union européenne. D'autres pays, dont le Royaume-Uni, la Suisse, le Canada ou les États-Unis, l'ont autorisé ces dernières semaines. 

Comme l'a confirmé le Premier ministre, Jean Castex, ceci pourra permettre à ce que de premières vaccinations aient lieu en France avant la fin de l'année 2020. Les résidents des Ehpad, ainsi que leur personnel âgé de plus de 65 ans, recevront en priorité une immunisation.

1. Comment fonctionne-t-il ?

Le vaccin de Pfizer et BioNTech, tout comme celui de Moderna qui a également été autorisé aux États-Unis, fonctionne à base d'ARN messager. Une technique inédite, jusqu'alors jamais utilisée dans le cadre d'une campagne de vaccination de masse. 

À lire aussi

Traditionnellement, un vaccin est développé en inactivant le virus contre lequel il souhaite lutter, pour empêcher le développement de symptômes, puis est réinjecté chez le patient, pour lui permettre de développer des anticorps. Ici, ce ne sera pas le vaccin qui sera réinjecté, mais plutôt une partie de son code génétique, l'ARN messager. Celui-ci permettra de produire des protéines de spicule, une pointe inoffensive du virus, qui amèneront le système immunitaire à produire des anticorps.

2. Est-il efficace ?

Le 18 novembre, Pfizer et BioNTech annonçaient que leur vaccin était efficace à plus de 95%. Un long rapport, publié le 10 décembre, est venu confirmer cette annonce, avec une efficacité présente pour l'ensemble de la population bien que légèrement plus faible chez les personnes de plus de 55 ans (93,7%).

Dans un entretien avec Bloomberg, Deborah Fuller, professeure de microbiologie à l'Université de Washington, a noté que les vaccins avaient une "très haute efficacité", et que "au-dessus de 90%, c'est ce qui se fait de mieux pour un vaccin".

3. Quels sont les effets secondaires ?

Le lancement de la campagne de vaccination a permis d'identifier de possibles réactions allergiques au vaccin. Après deux cas, les autorités sanitaires britanniques ont déconseillé la vaccination pour les personnes ayant eu d'"importantes réactions allergiques" dans le passé.

Les effets secondaires bénins sont en revanche courants, comme l'a rapporté la FDA, l'agence américaine chargée des médicaments. Lors des essais, de la fatigue est apparue chez 62,9% des patients. Des maux de tête (55,1%), des courbatures (38,3%), des frissons (31,9%), des douleurs articulaires (23,6%) et de la fièvre (14,2%) ont également été identifiés. 

Fin novembre, des médecins américains alertaient sur ces "effets secondaires difficiles" et appelaient à une campagne de communication pour rassurer les patients après une première injection. Leur crainte principale était de voir des patients ne pas vouloir recevoir une deuxième injection du vaccin, nécessaire dans les semaines suivant la première dose pour assurer son efficacité.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/