2 min de lecture Vidéo

Michel Cymes avertit : "Le repos peut accentuer les douleurs articulaires"

Si une bonne nuit de sommeil peut réparer les douleurs "mécaniques", il n'en va pas de même pour les douleurs "inflammatoires". Pire : le mal est accentué par une hormone.

Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Michel Cymes avertit : "Le repos peut accentuer les douleurs articulaires" Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes et Loïc Farge

C'est un paradoxe sur lequel je voudrais m'attarder. Parfois on croit qu'une bonne nuit de sommeil va permettre de retrouver des articulations en parfait état de marche. Et, contre toute attente, on se réveille encore plus rouillé qu'on ne l'était la veille.

Le repos peut parfois être réparateur. Si c'est le cas, cela donne une indication sur le type de problème auquel vous êtes confronté. Il faut savoir qu'il existe deux types de douleurs articulaires : les douleurs "mécaniques" et les douleurs "inflammatoires".

La douleur mécanique (lumbago, sciatique) vous fait mal dans la journée, surtout si vous faites un effort particulier. Mais le repos vient toujours à bout de ce type de douleur. Vous vous allongez, vous dormez, et au matin vous vous réveillez apaisé.

Avec les douleurs inflammatoires, c'est l'inverse. Dans la journée vous bougez, donc vous êtes un peu chaud et vous ne sentez pas grand chose. En revanche la nuit peut tourner à la corrida. La douleur vous réveille, surtout en deuxième partie de nuit. Le repos ne fait qu'accentuer la douleur.

La faute au cortisol

À lire aussi
allergie
Michel Cymes : la désensibilisation est-elle la solution miracle contre les allergies ?

Car une douleur articulaire inflammatoire, c'est souvent le signe d'une pathologie plus sérieuse. Il peut s'agir d'une polyarthrite rhumatoïde, qui touche les articulations des mains ou des pieds, ou d'une spondylarthrite ankylosante, si vous avez mal à la colonne vertébrale.

Dans un cas comme dans l'autre, ce sont les tissus qui entourent l'articulation qui sont touchés. Là où vous avez mal, ça gonfle un peu. Les nuits sont difficiles. Les réveils, aussi. Tout cela est la faute à une hormone : le cortisol.

Comme vous l'avez remarqué, son nom ressemble à celui de la cortisone. Le cortisol est une sorte de cortisone. C'est un antidouleur, mais naturel. Sauf que la nuit, quand on est inactif, et pour des raisons de rythme biologique, la sécrétion est extrêmement limitée. C'est pour cela qu'en cas de douleurs articulaires inflammatoires, vous dégustez quand vous vous reposez.

Exercices physiques réguliers

Que faire contre ce type de douleur ? Pas grand chose, sinon apprendre à vivre avec. Il est évident qu'au réveil, il importe de dérouiller l'organisme et de faire quelques mouvements. Mais on ne guérit pas des inflammations articulaires.

On soulage la douleur en se livrant - et on arrive toujours au même constat - à des exercices physiques réguliers. Si vous ne savez pas lesquels, rapprochez-vous d'un spécialiste. Qu'il s'agisse d'un ergothérapeute ou d'un physiothérapeute, il saura vous conseiller des exercices spécifiques en fonction de ce dont vous souffrez.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vidéo Activité physique Corps
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants