1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus : quel est le deuxième vaccin que les États-Unis sont en passe d'autoriser ?
2 min de lecture

Coronavirus : quel est le deuxième vaccin que les États-Unis sont en passe d'autoriser ?

Une semaine après Pfizer/BioNTech, les États-Unis sont en passe d'autoriser l'utilisation du vaccin de la société américaine Moderna.

Un vaccin contre la Covid-19, du laboratoire Moderna. (illustration)
Un vaccin contre la Covid-19, du laboratoire Moderna. (illustration)
Crédit : JOEL SAGET / AFP
William Vuillez & AFP

Un comité d'experts américains se réunit ce jeudi 17 décembre pour évaluer le vaccin contre la Covid-19 développé cette fois par la société américaine Moderna, une semaine après avoir recommandé l'autorisation du vaccin de Pfizer/BioNTech. De premières injections de ce nouveau vaccin sont attendues dès la semaine prochaine.

Sauf énorme surprise, l'Agence américaine des médicaments devrait donner son feu vert au vaccin de la jeune firme de biotechnologies, a priori dès vendredi 18 décembre comme elle l'avait fait pour le premier vaccin. Les États-Unis seraient alors les premiers à mettre sur le marché le vaccin de Moderna.

Lors de cette réunion, une vingtaine d'experts devront confirmer par un vote, que les bénéfices apportés par l'injection de ce vaccin surpassent les risques, chez les adultes de 18 ans et plus (contre 16 ans pour Pfizer).

Efficace à 94,1%

Selon les résultats complets de l'essai clinique, le vaccin Pfizer/BioNtech est efficace à 95 %. Pour celui de Moderna, l'analyse publiée a confirmé une efficacité moyenne de 94,1%. Sur 30.400 participants aux essais cliniques, 196 ont contracté la Covid-19. Parmi eux, 185 avaient reçu un placebo, et 11 le vaccin (au 21 novembre). Les effets secondaires les plus répandus du vaccin, baptisé mRNA-1273, sont des douleurs à l'endroit de l'injection, de la fatigue, des maux de tête et des douleurs musculaires, ainsi que des douleurs articulaires et des frissons.

À lire aussi

Les vaccins de Moderna et Pfizer se ressemblent, dans le sens où ils reposent tout deux sur l'ARN messager. On injecte dans l'organisme des brins d'instructions génétiques appelées ARN messager, c'est-à-dire la molécule qui dit à nos cellules ce qu'il faut fabriquer.

La grosse différence se situe au niveau de la conservation des vaccins. Là où Pfizer nécessite une conservation à -70°C, une température bien plus basse que les congélateurs standards, celui de Moderna lui, doit être conservé à -20°C. Dans les deux cas, le vaccin se fait en deux injections séparées de quatre semaines,

200 millions de doses achetées

Le gouvernement américain a acheté 200 millions de doses du vaccin de Moderna (100 millions à Pfizer). Cela correspond donc à 100 millions de personnes vaccinées. La logistique pour la distribution a été pensée depuis des mois. Moderna a promis de distribuer 20 millions de doses d'ici la fin décembre 2020, puis 80 millions supplémentaires au premier trimestre 2021, et les 100 autres millions au deuxième trimestre (soit d'ici fin juin).

Les vaccins sont pour le moment administrés en priorité aux soignants les plus exposés et aux pensionnaires des maisons de retraite, comme l'ont recommandé les autorités sanitaires américaines. Mais Moderna a également promis aux milliers de participants aux essais cliniques qu'ils auraient la possibilité de recevoir le vaccin sous deux semaines s'ils le souhaitaient.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/