1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus : comment les États-Unis se préparent à la vaccination
3 min de lecture

Coronavirus : comment les États-Unis se préparent à la vaccination

Après qu'une commission de 22 experts se soit réunie en visioconférence jeudi 10 décembre, les États-Unis s'apprêtent à démarrer leur campagne de vaccination contre l'épidémie de coronavirus.

Margaret Keenan, première patiente à recevoir le vaccin Pfizer contre le Covid-19, à Conventry, le 8 décembre 2020
Margaret Keenan, première patiente à recevoir le vaccin Pfizer contre le Covid-19, à Conventry, le 8 décembre 2020
Crédit : Jacob King / POOL / AFP
Coronavirus : comment les États-Unis se préparent à la vaccination ?
04:11
Lionel Gendron - édité par Marie Gingault

Aux États-Unis on se prépare à débuter la campagne de vaccination. Donald Trump aurait voulu que ça commence dès demain. Ce ne sera pas le cas, puisque les autorités sanitaires ne veulent prendre aucun risque, mais c’est imminent depuis le feu vert ces dernières heures d’une commission de chercheurs indépendants.

22 experts se sont réunis hier en visioconférence. Tout le monde pouvait se connecter pour y assister. On a tous connu ça avec le télétravail : il y avait celui qui parlait sans ouvrir son micro ou celle que l’on annonce et qui a dû partir chercher un verre d’eau. Hormis ça, c’était un exercice assez fascinant de transparence et de démocratie, qui a duré presque 9 heures. Aussi intéressant que ça puisse être, je n’ai pas regardé pendant 9 heures, je suis allé voir des extraits.

L’objectif était clair : donner confiance, rassurer les Américains qui ont (ce ne sont pas les seuls) des interrogations sur le vaccin. Cette commission devait aider à gagner la confiance des Américains car les experts sont indépendants, n’ont pas de liens avec le gouvernement. En rendant ces débats publics, les autorités ont voulu montrer qu’elles ne cachaient rien.

Un avertissement accompagnera le vaccin

Les discussions portaient sur le vaccin développé par le duo Pfizer/BioNtech. Annoncé efficace à 95%, après un essai clinique sur 44.000 personnes. Il en ressorti un feu vert : 17 pour, 4 contre et 1 abstention. Les chercheurs estiment que le vaccin est suffisamment efficace pour être distribué d’urgence.

À lire aussi

Alors, ça ne veut pas dire que ces experts indépendants n’ont aucun doute. Ils en ont, mais ils estiment que la balance bénéfices-risque penche largement côté "bénéfices". Parmi les interrogations, ils ont passé du temps sur les effets secondaires allergiques sévères observés en Grande-Bretagne. 

Les représentants de Pfizer ont répondu que dans leur étude, ils n’avaient pas noté de réaction grave. Ainsi, un avertissement accompagnera le vaccin. Il sera déconseillé aux personnes ayant une allergie à l’un de ses composants. Encore faut-il le savoir et bien connaître les composants. Mais l’idée est de ne pas effrayer les personnes qui ont des allergies courantes : au pollen, aux œufs ou aux cacahuètes.

70% des Américains doivent être vaccinés pour atteindre l'immunité

Le vaccin a été jugé sans effet indésirable grave : mais dans 8 cas sur 10 il y a des douleurs au point d’injection, et souvent des courbatures ou des maux de tête. A priori rien de grave, mais il vaut mieux le signaler. Et sur la question de réduire la durée de contamination, cela n'est pas clair. Il y a également des doutes sur l’efficacité pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 16 ans.

Les scientifiques vont donc continuer à travailler sur ces zones grises, mais la distribution du vaccin va débuter aux États-Unis dans quelques jours. En effet, c’est l’agence des médicaments qui va donner le go définitif, et elle va le faire dans les prochains jours. Le vaccin Pfizer est efficace à 95 % après deux doses. La première dose semble commencer à protéger au bout d'une dizaine de jours, mais moins bien qu'avec le rappel trois semaines plus tard.

Il faut comprendre que l’urgence veut dire qu’au final c’est incomplet. Il manque des données, ainsi, des doutes qui devront être levés au fur et à mesure. 25 millions de personnes pourront recevoir les deux doses d’ici à la fin du mois : personnel soignant et résidents des maisons de retraite. La commission doit se pencher la semaine prochaine sur le vaccin Moderna, puis Johnson and Johnson et AstraZeneca. Il faut convaincre les Américains puisque dans l’idéal 70% de la population doit être vaccinée pour atteindre l’immunité. Toutefois, dans un récent sondage, la moitié se dit opposée ou sceptique.

À écouter

Saison 2 - 9. Coronavirus : le point sur la course aux vaccins
13:22
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/