2 min de lecture Maladie

Coronavirus en France : ce que l'on sait de la campagne de vaccination à venir

Les premières vaccinations pourraient arriver avant la fin de l'année 2020. Les résidents des Ehpad et le personnel de ces établissements âgé de plus de 65 ans seront prioritaires.

Un vaccin contre le coronavirus (illustration)
Un vaccin contre le coronavirus (illustration) Crédit : Robyn Beck / AFP
Victor
Victor Goury-Laffont Journaliste

Le processus s'accélère. "D'ici une semaine, le premier vaccin sera autorisé, les vaccinations pourront commencer immédiatement", a affirmé la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen, ce mercredi 16 décembre. Le Premier ministre Jean Castex a confirmé ce mercredi 16 décembre que la campagne de vaccination débutera "dès la dernière semaine de décembre"

Jean Castex a toutefois émis deux conditions : qu'une autorisation de mise sur le marché ait été émise par l'Agence européenne du médicament, et que la Haute Autorité de Santé (HAS) ait formulé un avis sur le sujet. La première est "attendue pour le 21 décembre" et l'avis de la HAS sera rendu "dans la foulée", selon le Premier ministre.

Comme préalablement annoncé par Emmanuel Macron et par Jean Castex, la vaccination ne sera pas obligatoire et sera gratuite. Le coût de l'opération, estimé à 1,5 milliard d'euros, a déjà été pris en charge dans le budget 2021 de la Sécurité sociale. 

Une vaccination en trois étapes

Suivant les préconisations de la Haute autorité de santé, la procédure se déroulera en trois étapes. La première : la vaccination des résidents en Ehpad, ainsi que du personnel de ces établissements à risque ou âgé de plus de 65 ans. Là encore, aucune obligation n'est prévue. Pour les personnes qui ne pourront pas exprimer leur préférence, notamment celles sous tutelle, les familles seront sondées.

À lire aussi
laboratoire
Vaccins contre la Covid-19 : une levée des brevets qui se heurte à de nombreux obstacles

Cette "première phase s'échelonnera sur une période de six à huit semaines, pour tenir compte du délai de 21 jours entre la 1ère vaccination et le rappel", a indiqué Jean Castex.

Une deuxième phase débutera plus tard, a priori au mois de février. La campagne de vaccination sera élargie à l'ensemble de la population de plus de 65 ans, aux personnes souffrant de pathologies les mettant à risque, mais aussi au personnel soignant âgé de plus de 50 ans. Un deuxième groupe bien plus large, qui pourrait englober 14 millions de Français.

Enfin, à "la fin du printemps" selon Jean Castex, le reste de la population devrait avoir accès à la vaccination. Les éventuels effets indésirables des vaccins seront publiés, chaque semaine, dans un rapport de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Maladie Épidémie Coronavirus France
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants