1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Confinement : comment surmonter cette nouvelle période d'isolement
4 min de lecture

Confinement : comment surmonter cette nouvelle période d'isolement

ÉCLAIRAGE - Journées monotones, lassitude, difficultés financières... Le reconfinement annoncé par Emmanuel Macron peut peser lourd sur votre moral. Voici quelques conseils pour trouver du soutien et de l'aide.

Les séances de psychothérapies seront bientôt remboursées.
Les séances de psychothérapies seront bientôt remboursées.
Crédit : Unsplash/@anthonytran
Marie Zafimehy

Cette fois-ci le temps est gris. Après le confinement du printemps qui s'est déroulé sous le soleil et une chaleur inattendue, la deuxième période d'isolement débutée vendredi 30 octobre s'annonce moins agréable. Cette météo morose vient s'ajouter à la lassitude d'être sans cesse confronté à la réalité de la pandémie de coronavirus qui agite le monde depuis presque un an. Bref, l'impact sur le bien-être et la santé mentale n'est pas négligeable.

"La détérioration de la santé mentale est le second risque à court terme de la situation épidémique", confirme à RTL.fr Enguerrand Du Roscoat, responsable de l’unité santé mentale à Santé publique France. Lors du dernier confinement l'organisme avait lancé une enquête dédiée à ces questions. Les résultats mettent en lumière un fort taux d'anxiété (26,7%) et des symptômes de dépression (19,9%) au début du confinement chez les personnes interrogées, des chiffres qui diminuent avec le temps mais qui restent plus élevés que la normale (aux alentours de 13%).

"Sans doute que ces niveaux d'anxiété n'étaient pas liés qu'au confinement lui-même, explique Enguerrand Du Roscoat. Il y avait aussi la situation épidémiologique et la peur du virus lui-même."

Pour ce deuxième confinement, d'autres mécanismes sont à l'oeuvre : la situation n'est plus inédite et le virus est plus familier. "Les gens sont épuisés et fatigués d'être en hypervigilance constante, avance la psychologue Stephany Pissolo auprès de RTL.fr. Sans compter la tristesse voire même le désespoir qu'ils éprouvent. Là, on est sur une émotion beaucoup plus intense, car on désespère qu'un jour on puisse retrouver une vie normale." Face à tout cela, les deux professionnels préconisent de mettre en place quelques stratégies pour ne pas céder à la déprime.

Mettre en place des stratégies

À lire aussi

Qui dit reconfinement, dit retour du télétravail pour de nombreux salariés. Pour ne pas enchaîner les journées monotones, Stephany Pissolo préconise, comme lors du premier confinement, de mettre en place des "sas de décompression".

"L’important c’est de rythmer la journée, le matin de prendre sa douche, s’habiller comme si on allait au travail, s’accorder des temps de pause, explique-t-elle. Le midi par exemple, ce qui est important c'est de faire une vraie pause : on mange correctement, on se détend, en faisant toute autre chose." Dans la même perspective, Enguerrand Du Roscoat souligne la nécessité d'installer une routine avec, en plus du travail, des activités de loisirs. Cuisine, sport, créativité...

"Il faut garder une bonne hygiène de vie, de bonnes habitudes de nutrition et continuer l'activité physique", explique-t-il s'appuyant sur les conseils de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Il ne faut faut pas s'isoler et maintenir des liens avec les collègues, les amies

Stephany Pissolo

Autre point important : maintenir le lien avec ses proches, même si, selon Stephany Pissolo, cela risque d'être d'autant plus difficile pendant ce deuxième confinement. "Les gens saturent au niveau des écrans, ils ont de plus en plus de mal à faire des réunions par Zoom, on sent que ça crée de la frustration, explique-t-elle. Mais il faut les inciter à le faire, on n'a pas le choix, il faut les inviter à ne pas s'isoler et à maintenir des liens avec les collègues, les amies, s'organiser des pauses café."


Même si "le travail doit continuer", de nombreuses personnes sont en difficulté, c'est le cas des commerçants dont l'activité jugée non-essentielle a du fermer ou de populations qui, du fait de la crise économique, se retrouve en grande précarité. "Il peut y avoir un impact de la situation financière des ménages sur la santé mentale", explique Enguerrand Du Roscoat de Santé Publique France. À cela s'ajoute l'incertitude de l'avenir et la difficulté à se projeter : si vous avez besoin de vous confier, plusieurs outils sont à votre disposition.

Numéros d'écoute

Plusieurs numéros d'écoute existent, tous dédiés à des problématiques en particulier. Le site internet Psycom.org en offre une longue liste. Parmi eux, celui que le gouvernement a mis en place pour les soignants : confrontés directement à la maladie, et parfois à la mort, ils font partie des populations les plus exposés aux risques d'anxiété et de dépressions. Pour les aider plus spécifiquement, il existe un numéro vert : le  08 05 23 23 36. Il est anonyme et gratuit, et accessible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. 

Pour la population générale, un autre numéro vert est accessible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 au 0 800 130 000. Une fois que vous avez composé le numéro, celui-ci vous guide vers l'aide la plus adaptée, dont des "cellules d'urgence médico-psychologique", explique Enguerrand Du Roscoat. Mais parfois une simple discussion téléphonique ne suffit pas : "certaines personnes ont besoin d'un contact visuel", souligne Stephany Pissolo.

(Télé)consultation

Comme le note le syndicat national des psychologues sur son site internet, selon un décret paru vendredi 29 octobre, les cabinets de psychologie peuvent toujours accueillir leur patientèle. Une différence majeure avec le premier confinement où les consultations en ligne étaient la seule possibilité envisagée. Pour autant, si vous ne voulez pas vous déplacer en pleine épidémie, il est toujours possible de téléconsulter un professionnel, la plupart d'entre eux proposent une prise en charge par Skype ou par Whatsapp.

Pendant le confinement du printemps, Stephany Pissolo avait ainsi créé une plateforme dédiée à la prise en charge psychologique gratuite à distance en temps de coronavirus, covidecoute.org. Sur toute la période du confinement, les 250 professionnels impliqués dans le projet ont reçu 1.700 appels. Un service qu'elle réfléchit à remettre en place avec ses confrères et consoeurs. Le site propose également des ressources pour faire face à l'anxiété de l'isolement, comme des exercices de méditation toujours en ligne et disponibles. 

La rédaction vous recommande

xxx

À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/