3 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : pourquoi l'Occident ne parvient pas à maîtriser la pandémie

ÉDITO - Presque toute l'Europe doit faire face à une seconde vague de l'épidémie alors qu'en Asie, certains pays l'ont complètement éradiquée.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Coronavirus : pourquoi l'Occident ne parvient pas à maîtriser la pandémie Crédit Image : Philippe LOPEZ / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par William Vuillez

C'est donc presque toute l'Europe qui rétablit des règles devant la seconde vague de coronavirus. Sur les derniers jours ce sont, outre la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Irlande, la Grèce et la Belgique qui ont reconfiné plus ou moins sévèrement, pour tenter de endiguer la contagion. Dans le même temps, les États-Unis semblent faire face, eux, à une troisième vague, avec 100.200 contaminations sur la seule journée de vendredi dernier. 

C'est en fait aux États-Unis et en Europe, dans le vieil Occident, que l'épidémie repart. Nous ne parvenons pas à nous en débarrasser. Alors que dans le même temps, l'Asie, c'est-à-dire bien sûr la Chine, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, l'ont complètement éradiquée. Dans ces pays, l'économie marche normalement, les restaurants, les bars, les commerces sont ouverts, quel contraste !

Ça n'est bien sûr par le niveau du système de soins qui est en cause, ni le niveau de développement. Mais il y a plusieurs différences importantes. D'abord, il y a en Asie des États puissants et efficaces pour organiser et imposer des règles. C'est le cas bien sûr en Chine, une dictature, qui a pu par exemple imposer l'isolement strict des malades, ce qui serait impossible en France, et pour des raisons matérielles, personne pour surveiller, et pour des raisons constitutionnelles, la liberté dans l'espace privé. 

En Asie, le groupe compte plus

Mais il n'y a pas que des dictatures qui ont réussi à maîtriser l'épidémie en Asie, la Corée du Sud et Taïwan en témoignent, ce sont deux pays démocratiques. Les comportements collectifs, dans ces pays, ne sont pas les mêmes que chez nous. C'est incontestable, et c'est à coup sûr la raison-clé : le groupe compte plusau Japon, en Corée, que l'individu. 

À lire aussi
Le coronavirus "SARS-CoV-2" (illustration) coronavirus
Coronavirus en Belgique : des cas du variant anglais dans une maison de retraite, trois morts

C'est la culture confucéenne, où l'on respecte l'autorité qui est en responsabilité de la survie du groupe. Chez nous, on met des fausses pizzas dans les bars pour échapper au couvre-feu ! Plus sérieusement, regardez les manifestations parfois violentes, contre ce second confinement, en Italie, en Allemagne, aux États-Unis, en France. 

Regardez ces intellectuels qui hurlent devant le port du masque, en estimant qu'il est liberticide. C'est d'une stupidité insondable. Ce climat individualiste se paye par une seconde vague difficile à maîtriser. 

La gestion des frontières

La dernière raison, très importante, c'est la gestion des frontières. En Asie, elle est draconienne. Quarantaine stricte pour tous les étrangers et les nationaux revenant de l'étranger. Rien de tel chez nous, où c'est le grand bazar, surtout pour les frontières intérieures en Europe. 

Il semble que la seconde vague soit une variante du virus venue d'Espagne, et disséminée en Europe par les touristes sur tout le continent depuis l'été. En Europe, les frontières, c'est tabou, il faut les laisser ouvertes quoi qu'il arrive. Tout cela explique notre impuissance devant le virus. Une impuissance que pointe d'ailleurs souvent la Chine dans sa propagande, en expliquant que c'est le signe de la décadence d'un Occident incapable et désormais dépassé par l'Empire du Milieu. 

Ce qui est vrai, c'est que notre incapacité à maîtriser l'épidémie va se payer en termes économiques, avec une nouvelle récession fin 2020, alors que la croissance asiatique, et particulièrement en Chine, a déjà repris sa dynamique. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants