4 min de lecture Coronavirus

Confinement : dons, réserve civique... Comment aider les personnes les plus fragiles ?

ÉCLAIRAGE - Les personnes en situation de précarité sont encore plus fragiles en période de confinement. Si vous souhaitez leur apporter de l'aide, voici comment faire.

157.000 places en hébergement d'urgence sont déjà financées par l'État.
157.000 places en hébergement d'urgence sont déjà financées par l'État. Crédit : JOEL SAGET / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

"Les conditions de confinement sont inégalitaires". Dans un entretien accordé à RTL.fr le 26 mars, la sociologue Léa Mestdagh mettait en lumière les inégalités révélées par la période d'isolation imposée en France pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus. Quand certaines personnes ont la chance de profiter de leur maison de vacances ou peuvent télétravailler, étudier, et s'approvisionner correctement, d'autres souffrent d'autant plus de la précarité et de l'isolement.

Une situation au sujet de laquelle l'alerte a été donnée dès le début de la période de confinement. Dans une lettre adressée au gouvernement, le 18 mars, des associations d'aide aux personnes démunies interpellaient notamment le gouvernement sur la situation des sans-abris. Depuis, des centres de confinement ont été ouverts dans plusieurs villes de France, dont certains à Paris, Bordeaux ou Angers destinés spécifiquement à l'accueil des personnes sans domicile contaminées par le covid-19.

Mais ces dispositifs ne sont pas suffisants. C'est pourquoi, à l'image de celles qui permettent de soutenir le personnel soignant, des initiatives ont vu le jour pour aider les populations les plus vulnérables pendant cette période de confinement, comme les personnes âgées isolées, ou celles en situation de précarité.

Rejoindre la réserve civique

Au début de la période de confinement, les Restos du Coeur ont lancé un appel aux bénévoles pour faire face à la crise. Comme eux, pléthore d'organisations ont besoin de main d'oeuvre pour continuer leur travail auprès des populations vulnérables. La plupart sont répertoriées sur la plateforme "Je veux aider", sur laquelle toute personne - jeune et en bonne santé - peut s'inscrire pour rejoindre ce qui est appelé "la réserve civique"

À lire aussi
Bruno Forget, le commissaire de la Foire de Châlons. Coronavirus France
Foire de Châlons : "Nous sommes confiants", assure Bruno Forget sur RTL

C'est le choix qu'a fait Cédric, aujourd'hui bénévole à la Banque Alimentaire, association qui centralise les commandes de denrées effectuées par différentes structures d'aide aux personnes en situation de précarité. Confiné dans l'Aude chez ses parents, il a saisi l'opportunité de la réserve civique pour passer à l'action. "C’était quelque chose que je voulais faire depuis longtemps", explique-t-il à RTL.fr

Après s'être inscrit sur la plateforme et choisi la (seule) mission près de chez lui, il a reçu un coup de fil de l'association. Dès le lendemain, il était sur place à préparer des colis de produits de première nécessité. "Tout s'est fait très rapidement", résume-t-il. Aujourd'hui il consacre trois jours par semaine à son nouveau bénévolat. "Ça me permet de me rendre utile dans cette période qui est assez négative, je me rends compte qu’il y a un vrai besoin de solidarité." 

Selon le secrétariat d'État à la Jeunesse, en charge de la plateforme, 250.000 personnes se sont inscrites depuis son lancement le 25 mars dernier, et près de 40.000 volontaires sont actuellement bénévoles actifs. Ces chiffres de mobilisation élevés conduisent les missions à être souvent pourvues "en quelques heures".

Participer à la solidarité locale

Si vous souhaitez aider une organisation particulière, il est aussi possible de proposer son aide directement aux associations, sans passer par la plateforme mise en place par le gouvernement. La Croix-Rouge a ainsi besoin de bénévoles pour assurer son service de conciergerie solidaire

Celui-ci, explique l'association sur son site, "s’adresse aux personnes confinées qui n’ont personne autour d’elles pour les aider ou avec qui parler" et repose sur deux activités principales : un numéro d'écoute et des livreurs solidaires pouvant fournir des produits de premières nécessité aux personnes isolées.

Des initiatives indépendantes et locales sont par ailleurs répertoriées sur la carte créée par Covid-Entraide France. Parmi elles notamment : des missions de solidarité et d'aide aux plus démunis à effectuer près de chez soi.

Faire un don à des associations

En cette période intense, les associations ont besoin de bras mais aussi de moyens. La fondation Abbé Pierre et Emmaüs Solidarité ont ainsi mis en ligne une cagnotte destinée à financer des tickets-services pour les personnes en situation de précarité. "Elles pourront ainsi acheter de quoi manger dans les magasins qui peuvent rester ouverts", expliquent les deux associations. 

Le Secours Catholique s'inscrit dans une démarche similaire. L'association dit avoir besoin "de 2,5 millions d'euros" pour financer les chèques services. Ceux-ci seront distribués  aux plus démunis pour "faire leurs achats de premièré nécessité pendant l'épidémie COVID-19". De son côté, la Croix-Rouge en appelle aussi à la générosité. Les fonds récoltés serviront à financer son dispositif de conciergerie solidaire mais aussi à maintenir les activités essentielles de l'association (maraudes et le travail du personnel soignant).

Agir individuellement

L'association Entourage, qui vient en aide aux personnes sans-abris, a publié un guide à l'attention de toutes celles et ceux qui souhaitent leur venir en aide. Elle conseille notamment d'entretenir tout lien noué avec une personne sans-abris pendant la période de confinement et surtout de les informer et de discuter avec elle pour ne pas la laisser isoler.

Il est par ailleurs conseillé de leur fournir des attestations de déplacements déjà rédigées ou imprimées, ou du gel hydroalcoolique pour qu'elles puissent entretenir leur hygiène. En ce qui concerne les denrées alimentaires, vous pouvez bien sûr leur en distribuer - mais toujours en respectant les gestes barrières. Autrement, le Samu social récupère vos tickets restaurants pour venir en aide aux personnes en situation de précarité. Ils sont à envoyer à l'adresse suivante : Samu Social de Paris – Urgence Alimentaire / 59 rue Ledru-Rollin / 94200 Ivry-sur-Seine.

Enfin, il est possible de se mobiliser de son côté, en créant son propre réseau de voisinage : la plateforme "Je veux aider", met à disposition de toutes et tous un kit de solidarité de proximité pour agir sans sortir (ou presque) de chez soi.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Confinement Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants