6 min de lecture Avengers 4

Comment "Avengers 4" dépasse les débuts clichés du MCU pour faire triompher la diversité

ÉCLAIRAGE - "Avengers : Endgame" vient boucler une saga de 22 films en digérant sa mythologie et les évolutions de la société d'une façon brillante. Attention spoilers !

Captain America dans "Avengers: Infinity War"
Captain America dans "Avengers: Infinity War" Crédit : Marvel
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Les premiers spectateurs viennent tout juste de découvrir le dernier film du Marvel Cinematic Universe (MCU) : Avengers : Endgame. Ce long-métrage vient conclure l'une des plus tentaculaires séries de films de l'histoire du cinéma : l'Infinity Saga qui compte 22 films en tout depuis le premier Iron Man en 2008.

Contrairement à de très nombreuses franchises, qui bien souvent surfent sur l'aspect culte d'un premier volet réussi, les films du MCU ont considérablement évolué en une décennie. La première phase du développement de cette histoire pleine de super-héros avait pour objectif de concurrencer d'autres sagas inspirées des comics comme les films Batman, Spider-Man ou encore X-Men, qui connaissaient un grand succès dans les salles obscures. 

En bonne conclusion de cette saga, le quatrième film Avengers fait la démonstration de cette grande évolution qui suit les grands mouvements qui traverse nos sociétés occidentales. Diversité, place des femmes... Le final qu'est Endgame encapsule toute une époque afin d'ouvrir la voie à une nouvelle ère. 

Attention, le contenu de cet article va contenir des éléments clefs de l'intrigue du film Avengers : Endgame. Si vous n'avez pas encore visionné le film, nous vous encourageons à retarder votre lecture et revenir juste après la projection. Entre d'autres termes : SPOILERS !

Second degré et moralité ambiguë

Le MCU a commencé avec des films dont la construction était très éloignée de ce que les Studios Marvel peuvent produire aujourd'hui. Les intrigues étaient plutôt "premier degré" avec un manichéisme assez direct au programme. L'humour n'était pas absent, mais il avait plus à voir avec la personnalité des acteurs (comme Robert Downey Jr. et son sarcasme très naturel) qu'avec une volonté affichée des scénaristes. La phase 1 et une bonne partie de la phase 2 de l'Infinity Saga était très sérieuse et héroïque. L'humour venait seulement ponctuer certaines scènes d'action. Une habitude pour Hollywood dans ce genre très codifié. 

À lire aussi
Les Jonas Brothers acceptent le prix "Teen Choice Decade Award". Cinéma
Teen Choice Awards 2019 : "After", "Avengers 4", BTS... Découvrez le palmarès

Iron Man 1, 2 et 3, L'Incroyable Hulk, Thor 1 et 2, Captain America: First Avenger et Captain America : Le Soldat de l'Hiver... Tout cela était assez sombre avec des intrigues géopolitiques plutôt simplistes où les États-Unis se plaçaient dans le camp du bien face aux ennemis russes, nazis, moyen-orientaux avec quelques twists parfois peu attendus. 

Tout change avec l'arrivée de James Gunn et Les Gardiens de la Galaxie (2014) qui rebat entièrement les cartes. L'intrigue quitte résolument la Terre. Les héros sont de toutes les formes, de tous les genres, de toutes les couleurs et l'humour irrévérencieux gorgé de pop-culture triomphent. Cet état d'esprit plaît au public et continue d'irriguer très fortement le MCU aujourd'hui. 

Les intrigues d'Avengers : L’Ère d'Ultron et Captain America: Civil War ont fait mûrir le MCU en intégrant le doute et les questions morales aux films. La destruction de la Sokovie, les victimes civiles, les conflits philosophiques, les angoisses des héros se mêlent au grand spectacle. Une recette reproduite et perfectionnée jusqu'à Avengers : Endgame

De l'empathie pour les méchants

Deux piliers s'effondrent alors pour le meilleur : les grands méchants clichés et les histoires romantiques artificielles. Des terroristes à Thunderbolt Ross en passant par Ivan Vanko ou Red Skull... Les ennemis des Avengers ne brillaient pas par leurs psychologies. Depuis la seconde moitié de la phase 2, les scénaristes et réalisateurs se permettent de rendre leurs méchants plus humains et ambivalents. Lors des deux premières phases, celui qui a le plus fasciné les fans par sa complexité est, sans doute, le frère de Thor, Loki. Il y a bien une raison pour laquelle il apparaît dans autant de films du MCU.

Le successeur direct du dieu de la malice est Thanos. Ses premières apparitions avec son sourire diabolique et son trône doré ont rapidement cédé leurs places à une construction plus complexe. Dans Infinity War, le Titan fou montre les raisons de ses pulsions génocidaires et un côté paternel qui brouille les pistes. Avengers : Endgame conserve assez bien cet aspect humain en faisant vivre côte à côte le "Thanos pré-Infinity War" et "post-Infinity War". Le premier est conquérant et violent et le second est cartésien et particulièrement blessé par la mort de Gamora qui le ronge. 

Le MCU arrive à faire créer un lien d'empathie entre ses méchants et son public et abandonne une part de la facilité des films de super-héros au profit d'éléments dramatiques plus riches. 

La fin des princesses

L'autre élément de maturité réside dans l'abandon des histoires romantiques défaillantes. L’histoire qui fut tentée entre Thor et Jane Foster (Natalie Portman) a été un échec certain. Depuis, le MCU a décidé de faire des éventuels couples de son panthéon des éléments très secondaires. Il n'y a plus de princesses à sauver. Captain Marvel a annihilé totalement la question romantique et les Black Panther, Doctor Strange ou Ant-Man et la Guêpe ont fait entrer le MCU dans une vision moins dépassée des rapports entre hommes et femmes.

Endgame célèbre cette évolution en offrant l'une des plus épiques scènes de "girl power" du cinéma. Lors de la bataille finale contre Thanos et son armée, la totalité des héroïnes (Pepper Potts, Valkyrie, Okoye, Shuri, Scarlet Witch, Nebula, Gamora, la Guêpe, Captain Marvel, Mantis...) font front commun loin de la testostérone des débuts. Elles représentent le futur de la franchise et comptent parmi elles les personnages les plus puissants jamais montrés dans le MCU : Captain Marvel et Scarlet Witch.

La diversité triomphante

Enfin, il y a le grand "shift" de la diversité qui s'opère, film après film et qui devrait s'amplifier avec la nouvelle saga du MCU. Le public supporte de moins en moins de voir des hommes blancs, américains, hétérosexuels être au centre des intrigues quand tant de personnages non-blancs, féminins et LGBTQ+ peuplent les comics de Stan Lee, Jack Kirby, Chris Claremont, Gail Simone, Peter David, Jim Starlin et tous les autres. 

Le premier grand test pour Hollywood fut Black Panther (2018) avec le triomphe que l'on connaît. Désormais, les studios Marvel et Disney savent qu'ils ont tout intérêt à développer des personnages différents puisque le public est bien moins conservateur qu'ils ne pouvaient le craindre. 

C'est la bataille finale d'Avengers: Endgame qui montre une fois de plus cette évolution et un message politique : la solidarité et la diversité l'emportent toujours face à la tyrannie. Lors de l'affrontement final face à Thanos et son armée monochrome, les trois héros historiques (Thor, Captain America et Iron Man) échouent à vaincre le Titan. Ce n'est que grâce à l'arrivée providentielle de tous les héros et les héroïnes (les combattants du Wakanda, les sorciers et les super-héroïnes ont droit à leurs séquences épiques) que le Bien triomphe. Le MCU ne raye pas les héros historiques du tableau et c'est bien Iron Man qui finira par se sacrifier pour la bonne cause. Pas de guerre entre les anciens et les modernes, c'est une fusion pacifique qu'opère le MCU.

Ce passage de témoin, s'il était trop subtil dans la scène de combat géante, est souligné une seconde fois quand Captain America prend sa retraite pour de bon et confie son célèbre bouclier à Sam Wilson (Anthony Mackie), alias le Faucon. La porte est grande ouverte pour les prochaines phases. Le MCU développe déjà les personnages de Shang-Chi (héros asiatique) ou Miss Marvel (héroïne musulmane). Un héros gay et asiatique (joué par un acteur LGBTQ+ et d'origine asiatique) est recherché pour le projet The Eternals. Et tout cela est sans compter sur les suites Black Panther 2Captain Marvel 2, etc. qui ne manqueront pas de mettre les acteurs noirs et les femmes fortes en avant. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Avengers 4 Marvel Spoilers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants