4 min de lecture Black Panther

"Black Panther" : un Marvel politique qui n’a pas peur de casser les codes

NOUS L'AVONS VU - Avec "Black Panther", Marvel passe enfin à la vitesse supérieure en proposant un film de super-héros qui ne ressemble à aucun autre. Chapeau bas au réalisateur Ryan Coogler ("Creed") qui signe un film dense célébrant l'Afrique.

Chadwick Boseman incarne Black Panther au cinéma
Chadwick Boseman incarne Black Panther au cinéma Crédit : capture d'écran YouTube
Capucine Trollion
Capucine Trollion
Journaliste RTL

Marvel entame une nette révolution au cinéma. Si vous pensiez avoir tout vu en matière de super-héros et super-héroïnes depuis Avengers en 2011, Black Panther risque fort de vous surprendre.

Réalisé par Ryan Coogler, à qui l'ont doit les remarquables Fruitvale Station et Creed, ce nouveau film suit les aventures du premier super-héros africain de l'écurie Marvel. Né en 1966, sous les plumes de Jack Kirby et Stan Lee, Black Panther détonne par ses origines et son histoire. Né sans pouvoirs, il est à la fois super-héros et roi du Wakanda, une nation africaine ultra-technologique.

Le grand public l'a découvert pour la première fois, sur grand écran, dans Captain America : Civil War aux côtés des Avengers. Qui est vraiment cet homme à la combinaison résistante aux balles ? Vous le découvrirez pendant les 2h15 de ce long-métrage ambitieux, qui prend plus de risques que les précédents films Marvel. Non seulement en raison de son casting afro-américain, mais aussi pour la portée sociétale de son histoire, qui fait écho au mouvement Black Lives Matter (mouvement militant afro-américain qui se mobilise contre les violences et le racisme).

À lire aussi
Ryan Coogler lors du Festival de Cannes 2018 Cinéma
"Black Panther 2" : Ryan Coogler sera bien aux commandes du film Marvel

Un Marvel qui célèbre enfin l'Afrique

Les Dora Milaje sont la garde rapprochée de Black Panther
Les Dora Milaje sont la garde rapprochée de Black Panther Crédit : Walt Disney / Marvel

Alors que la plupart des histoires des films Marvel se situent dans l'espace (Les Gardiens de la Galaxie) ou des grandes villes comme New York (Docteur Strange), Black Panther se déroule en Afrique. Plus précisément au Wakanda, une nation fictive, ultra-technologique grâce à ses ressources naturelles en vibranium. Ce métal rare et indestructible a permis à la civilisation wakandienne de se développer et de surpasser tout ce que vous avez pu voir dans le laboratoire de Tony Stark / Iron Man. Ryan Coogler réussit ici à nous embarquer dans une Afrique jamais vue où la nature se mêle habilement aux trains futuristes et vaisseaux qui se pilotent sans manettes. 

Plus encore, Ryan Coogler célèbre aussi les traditions africaines aussi bien par les costumes des personnages (mention spéciale pour les tenues des Dora Milaje, hommage à celles des guerriers Massaï) que par l'histoire du Wakanda. On découvre la cérémonie qui permet à T'Challa de devenir le roi lors d'une scène de combat, près d'une cascade où toutes les tribus du pays sont réunies. La caméra filme les personnages de telle sorte que l'immersion est totale. Et la scène où T'Challa retrouve son père et ses ancêtres (sous la forme de panthères) a de quoi éblouir tant l'esthétique est réussie. 

Un film ancré dans notre société

Michael B.Jordan incarne Erik Killmonger
Michael B.Jordan incarne Erik Killmonger Crédit : Walt Disney / Marvel

Black Panther est le premier film qui possède une dimension sociétale. Exit les invasions aliens (vue dans Avengers), les dieux d'Asgard (Thor) ou encore les extra-terrestres surpuissants comme Thanos, ici on évoque le racisme, la colonisation et les violences contre les afro-américains. Ces trois thèmes sont abordés à travers le personnage d'Erik Killmonger (implacable Michael. B Jordan), qui a grandi aux États-Unis, loin du royaume protégé du Wakanda. L'une de ses premières prises de paroles concerne le vol d'objets wakandais par les colons britanniques. 

Mais, contrairement à la série Black Lightning de la CW diffusée sur Netflix, où on voit le héros arrêté et maltraité par des policiers à cause de sa couleur de peau, Ryan Coogler se contente d'en donner l'image au public via le discours d'Erik. On aurait aimé que cela soit plus approfondicomme dans la scène où Nakia tente de sauver des otages. Celle-ci fait écho aux enlèvements de Boko Haram.

Là encore, Ryan Coogler change les codes des films Marvel et parvient à délivrer un message politique et social. En filigrane dans l'intrigue, mais tout de même bien présent. La révolution démarre doucement. 

La politique au cœur de l'intrigue

"Black Panther" est centré sur l'arrivée au pouvoir du héros
"Black Panther" est centré sur l'arrivée au pouvoir du héros Crédit : Marvel Studios 2018

Si l’intrigue peut paraître prévisible pour certains, elle est tout de même bien différente des autres films de super-héros. Elle est entièrement liée à la politique. C'est une lutte de pouvoir pour un pays qui se déroule sous nos yeux. Avant d'en arriver là, T'Challa devra réussir à prouver sa légitimité sur le trône si convoité. Comme dans les comics, il va affronter Ulysses Klaw (trafiquant d'armes) et Erik Killmonger et M'Baku (chef d'une tribu du Wakanda), en essayant de respecter la tradition wakandienne.

Black Panther est ainsi efficace par sa mise en scène, ses personnages et ses quelques prises de risques. Ryan Coogler signe un Marvel qui a le mérite d'ouvrir une nouvelle voie dans l'univers déjà bien connu des super-héros.





La rédaction vous recommande
Lire la suite
Black Panther Cinéma Marvel
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792230355
"Black Panther" : un Marvel politique qui n’a pas peur de casser les codes
"Black Panther" : un Marvel politique qui n’a pas peur de casser les codes
NOUS L'AVONS VU - Avec "Black Panther", Marvel passe enfin à la vitesse supérieure en proposant un film de super-héros qui ne ressemble à aucun autre. Chapeau bas au réalisateur Ryan Coogler ("Creed") qui signe un film dense célébrant l'Afrique.
https://www.rtl.fr/culture/super/black-panther-un-marvel-politique-qui-n-a-pas-peur-de-casser-les-codes-7792230355
2018-02-14 07:25:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/6P6vNnzU9LaLGq4wHQF7jg/330v220-2/online/image/2018/0111/7791791421_chadwick-boseman-incarne-black-panther-au-cinema.jpg