1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle et coronavirus : à quoi va ressembler la campagne électorale ?
2 min de lecture

Présidentielle et coronavirus : à quoi va ressembler la campagne électorale ?

Face à la recrudescence de cas positifs au coronavirus, les différents partis commencent à réfléchir à l'organisation de leurs meetings.

Illustration d'une personne qui vote à Marseille le 20 juin 2021.
Illustration d'une personne qui vote à Marseille le 20 juin 2021.
Crédit : CLEMENT MAHOUDEAU / AFP
Avec le Covid, la campagne sera-t-elle "normale" ?
03:25
Un air de campagne du 24 novembre 2021
03:25
Micro générique Switch 795x530
Aurélie Herbemont

Une inquiétude parcourt la classe politique : "Pourra-t-on faire une campagne normale ?". Grands meetings, tracts, porte à porte, poignées de main - bien revenues à la mode chez les élus.. Une marcheuse le dit : "On a une application numérique, "Je m'engage", au cas où le coronavirus empêche la campagne".

Chez les écolos on assure être prêt à toute éventualité : "C'est frustrant quand on fait de la politique mais on a appris à vivre avec", confie une élue. Jean-Luc Mélenchon, lui, prévient, il veut une présidentielle normale.
Un passe sanitaire n'est pas obligatoire pour aller aux meetings. Le Conseil constitutionnel est clair : une activité politique ne peut pas être soumise au passe, car la démocratie ce n'est pas comme aller à un concert ou au restaurant. Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, l'a confirmé aux parlementaires cet automne. 

Les Français pourraient donc participer aux grands meetings sans passe sanitaire ? Cela dépend. Au meeting des macronistes le 29 novembre prochain pour lancer Ensemble citoyens ! - l'association qui regroupe tous les partis de la majorité - il faudra un passe sanitaire pour entrer. Pareil pour le meeting d'Eric Zemmour le 5 décembre. Même topo à l'intronisation du candidat LR le 11 décembre. 

Pas de passe requis aux meetings d'Hidalgo et de LFI

A contrario, le passe n'est pas prévu, pour le moment, au meeting d'Anne Hidalgo le 12 décembre à Perpignan, vu que les activités politiques ne sont pas censées être soumises au passe. Et chez les Insoumis le 5 décembre pas de passe sanitaire : "Légalement, on n'est pas habilités à les réclamer !", explique l'équipe de Jean-Luc Mélenchon.

À lire aussi

Face à la reprise épidémique un ministre s'interroge : "Est-ce qu'il faudra rétablir des jauges ?", avant de confier : "La responsabilité, ça peut être de renoncer à organiser de grands raouts". 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/