1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Ensemble Citoyens !" : avec la "maison commune", Philippe, Bayrou et Ferrand tirent leur épingle du jeu
4 min de lecture

"Ensemble Citoyens !" : avec la "maison commune", Philippe, Bayrou et Ferrand tirent leur épingle du jeu

DÉCRYPTAGE - La force rassemblant la majorité présidentielle prend vie autour de trois proches d'Emmanuel Macron : son ancien premier ministre, celui qui murmure à son oreille et le président de l'Assemblée nationale.

Richard Ferrand, Édouard Philippe et François Bayrou, le 30 mars 2019
Richard Ferrand, Édouard Philippe et François Bayrou, le 30 mars 2019
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Marie-Pierre Haddad

Une construction, lente mais certaine ? La "maison commune" qui doit rassembler La République En Marche, le parti d'Édouard Philippe Horizons et la majorité présidentielle prend peu à peu forme. Après une réunion rassemblant les proches d'Emmanuel Macron, le nom de ce mouvement a été acté. "Ensemble Citoyens !" aura pour rôle de préparer la campagne pour l'élection présidentielle et surtout pour les législatives qui auront lieu dans la foulée. 

"C'est plus qu'une bannière commune, mais ce n'est pas non plus un parti unique dans lequel chacun se fondrait", résume un participant auprès du Figaro. Autrement dit, la stratégie du "et en même temps" appliquée aux formations politiques. 

C'est là tout l'enjeu de cette maison commune : comment faire co-exister des piliers forts de la macronie tel qu'Édouard Philippe, François Bayrou, Richard Ferrand ou encore Jean Castex ?

Édouard Philippe, l'électron libre

La force d'"Ensemble Citoyens !" pourrait aussi se révéler être sa faiblesse : les hommes qui la composent. Édouard Philippe devrait y jouer un rôle central, tout comme François Bayrou proche d'Emmanuel Macron et Richard Ferrand, l'homme incontournable de la macronie. 

À lire aussi

Difficile de lire dans les pensées de l'ancien premier ministre. Ce dernier a assuré qu'Emmanuel Macron est son candidat pour l'élection présidentielle de 2022. Une phrase qui avait besoin d'être entendu, tant les rumeurs fusaient sur ses intentions politiques avec la création de son parti Horizons. Mais le "en même temps" s'applique aussi au maire du Havre. En l'intervalle d'une journée, ce dernier a signé une tribune, avec plus de 600 élus locaux, pour soutenir la réélection d'Emmanuel Macron et a officiellement lancé la campagne de recrutement de militants pour son parti.

Objectif 2027 pour l'ancien premier ministre qui veut creuser son sillon et imprimer sa ligne politique. Un de ses proches la définie ainsi dans les colonnes du Monde : "Édouard parle à la droite républicaine qui déteste Éric Zemmour. C’est en partie celle d’Alain Juppé et en partie celle de François Fillon. Les libéraux vont voter Édouard Philippe".

François Bayrou, l'allié historique

François Bayrou ne compte pas rester sur le bord de la route et joue sa partition. Le président du MoDem vise les élections législatives qui auront lieu dans la foulée de la présidentielle. Un coup d'avance que veut marquer ce proche d'Emmanuel Macron. Le but ? Avoir le plus de députés de sa couleur politique pour peser politiquement sur le prochain quinquennat, sans oublier la manne financière qui en découle. 

Seul problème, Édouard Philippe vise les mêmes intérêts... avec une autre ligne politique. François Bayrou ne compte pas laisser passer sa chance. Sur RTL en août dernier, le président du MoDem prenait en exemple l'élection de Joe Biden aux États-Unis. "Joe Biden vient d’être élu et il a dix ans de plus que moi. Bon… C’est comme ça la vie. Ça ne dépend que d’une seule question : est-ce vous portez quelque chose de profond et d’authentique que les autres ne portent pas. C’est ça qui compte. Donc je n’ai jamais rien écarté, ni de près ni de loin". Un message clair pour ceux qui en doutaient encore.

Première victoire pour François Bayrou, imposer son idée d'appeler cette maison commune "Ensemble Citoyens !". Le président du MoDem voulait aussi accélérer le lancement de ce mouvement rassemblement toutes les forces macronistes. Initialement prévue le 28 novembre, cette date a été décalée au lendemain, selon les informations du Point. La raison de ce report de 24 heures ? Le 28 novembre est la date d'anniversaire d'Édouard Philippe. Tout est politique.

Richard Ferrand, le garant

Entre Édouard Philippe et François Bayrou qui tirent chacun de leur côté, Richard Ferrand joue les arbitres. Le président de l'Assemblée nationale se pose en garant de la parole présidentielle. Début novembre, il indiquait sur France 3 que cette maison commune avait pour principal objectif le "dépassement des clivages autour d'un projet". On ne peut plus macroniste dans l'idée.  Un mois auparavant, il mettait en avant sa volonté de créer "une force centrale ouverte et apte à s'élargir", dans Le Journal du Dimanche.

Richard Ferrand aura la délicate mission de faire prévaloir les intérêts d'Emmanuel Macron. Le président de la République avait donné en septembre dernier sa vision du projet. "Il n'y a pas de culture de la coalition dans notre pays. Pour en créer une, il faut la proportionnelle", avait-il indiqué selon les informations du JDD

À des sénateurs LaREM, le président de la République expliquait : "Je ne m'occuperai pas des affaires partisanes, mais il est temps de se rappeler que le président a besoin d'une majorité présidentielle. Il faut s'élargir, revenir à l'énergie collective des débuts et aller très au-delà d'En Marche". Message bien reçu par ses partisans et lancement de mouvement imminent.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/