2 min de lecture Élections européennes

Européennes 2019 : ni "triomphe" pour Le Pen, ni "désastre" pour Macron, dit Duhamel

ÉDITO - Le Rassemblement national est sorti vainqueur des élections européennes le dimanche 26 mai, devant La République En Marche et Europe Écologie Les Verts. Des résultats à relativiser pour chaque parti, explique Alain Duhamel.

La Semaine Politique - Duhamel La semaine politique d'Alain Duhamel Alain Duhamel iTunes RSS
>
Européennes 2019 : ni "triomphe" pour Le Pen, ni "désastre" pour Macron, estime Alain Duhamel Crédit Image : LUDOVIC MARIN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
La Semaine Politique - Duhamel
Alain Duhamel édité par Joanna Wadel

C'est le verdict des élections européennes rendu ce dimanche 26 mai : la liste du Rassemblement National devance d'un cheveu la liste de La République En Marche. C'est une victoire pour Marine Le Pen, mais pas un triomphe, et une défaite pour Emmanuel Macron, mais pas un désastre.

Une victoire de Marine Le Pen, car son parti le Rassemblement national arrive en tête, qu'elle était numéro 2 il y a deux ans, et devient numéro 1 aujourd'hui. Cette progression a un air de revanche, il faut l'admettre. D'autant plus que cette dernière n'a pas le moindre rival à l'intérieur de son parti.

C'est donc pour elle un succès, mais pas un triomphe. Car elle n'a pas d'alliés en France, elle n'a pas de réserves, et sa stature personnelle ne s'est pas améliorée. Même à Strasbourg et Bruxelles, elle aura peu de moyens d'action réels. Quant à Emmanuel Macron, il voulait gagner et avait lui-même défié Marine Le Pen, il perd d'un cheveu. Moins que ses prédécesseurs dans les mêmes circonstances, mais reste tout de même perdant. 

Si Emmanuel Macron n'est pas le vainqueur, il est le bénéficiaire

Alain Duhamel
Partager la citation

Cependant, le chef de l'État peut continuer de gouverner comme il l'entend. Il a abattu beaucoup d'adversaires, et dans cette affaire, s'il n'est pas le vainqueur, il est le bénéficiaire. Sur le plan intérieur, avant tout. Marine Le Pen a eu beau appeler à une dissolution de l'Assemblée nationale, ou un référendum, rien de tout cela ne se passera. Emmanuel Macron va donc pouvoir continuer sur sa lancée, et aura même la tentation d'accélérer.

À lire aussi
Le réchauffement des mers s'est encore accéléré en 2014 environnement
Réchauffement climatique : les Français ont une "prise de conscience réelle"

Ensuite, ses adversaires traditionnels, les Républicains et les Socialistes, sont dans un état déplorable. Sur le plan européen, c'est la même chose. Theresa May démissionnaire, Angela Merkel affaiblie, Salvini est un "mat à mort"... Emmanuel Macron émerge finalement davantage que les autres leaders de l'Union

La percée des Verts est à prendre en compte

Quant à savoir si la nette progression d'Europe Écologie Les Verts peut déboucher à terme sur une redistribution générale des cartes, il faut d'abord préciser que la percée des Verts est loin d'être unique en Europe. Elle se constate en Allemagne, en Autriche, en Irlande. C'est donc un mouvement général.

Notons par ailleurs qu'au sein du débat, durant cette campagne, la seule idée qui a progressé demeure l'écologie. Ce qui est également frappant, c'est que parmi les jeunes, qui votaient extrêmement peu, 40% ont voté à cause de l'écologie. Yannick Jadot n'est donc pas encore le "challenger" d'Emmanuel Macron, mais on se doit de garder un œil sur lui. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections européennes Rassemblement national Marine Le Pen
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants