2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : dix députés de la majorité s'opposent publiquement au tracking

VU DANS LA PRESSE - Quinze députés, dont dix issus de La République en marche, ont publié une tribune contre le tracking : "Nous avons besoin d’un dépistage massif, pas d’un pistage massif."

Une femme portant un masque marche dans la rue, avec un téléphone portable (illustration)
Une femme portant un masque marche dans la rue, avec un téléphone portable (illustration) Crédit : Philippe LOPEZ / AFP
signature paul turban
Paul Turban Journaliste

Le gouvernement travaille actuellement au développement d'une application pour smartphone, "StopCovid". Elle permettrait aux volontaires qui l'utiliseraient d'identifier s'ils ont été en contact avec une personne infectée par le nouveau coronavirus Covid-19. Ce mercredi 8 avril, quinze députés, dont dix de La République en marche, se disent défavorables au traçage numérique, dans une tribune publiée dans le Figaro.

Parmi les signataires de la tribune, on retrouve la députée des Français de l'étranger Paula Forteza (LaREM), le député du Val-d'Oise Aurélien Taché (LaREM) ou encore le député du Maine-et-Loire Matthieu Orphelin, proche de Nicolas Hulot, (ex-LaREM, inscrit désormais dans le groupe Libertés et Territoires).

Dans le texte, les parlementaires présentent plusieurs arguments contre le traçage numérique. Ils rappellent que le cadre législatif européen est très protecteur : "des applications, telles qu’elles ont pu voir le jour dans certains pays asiatiques, seraient aujourd’hui illégales en France."

Des limites techniques et éthiques

Même si cela n'empêche pas de faire cette application, les élus soulignent deux autres arguments. Le premier est technique. Ils estiment qu'il "faudrait qu’au moins 60 % de la population la télécharge" pour qu'elle soit efficace, "inatteignable", "compte-tenu de la fracture numérique existante en France."

À lire aussi
La Poste (Illustration). emploi
La Poste va recruter 2.000 jeunes pour des emplois d'été

De plus, les députés estiment que "poser les bases techniques et juridiques d’un traçage numérique et individuel de la population constitue un changement de paradigme majeur par rapport à nos usages numériques." Aussi, une telle décision ne doit pas être prise "sous l'urgence".

La majorité invitée à débattre ce jeudi

La conclusion de la tribune est sans appel : "Pour sortir du confinement et de la crise, c’est bien d’un dépistage massif, et non d’un pistage massif dont nous aurons besoin", même si les députés reconnaissent les nombreuses possibilités que le numérique offre dans cette crise.

Selon Le Parisien, le président du groupe LaREM à l'Assemblée nationale, Gilles Le Gendre, a invité la majorité à une réunion de groupe sur le sujet, ce jeudi à 18 heures. Cette réunion devrait comprendre une intervention du secrétaire d’État au Numérique Cédric O, pour "faire connaître l'état exact des réflexions et/ou des intentions du gouvernement sur le sujet."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Confinement La République En Marche
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants