2 min de lecture Gouvernement

Attentat contre Samuel Paty : 27 interpellations à la suite de signalements Pharos

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé à la sortie du Conseil de défense que 27 interpellations ont eu lieu à la suite de signalements Pharos depuis l'attentat contre Samuel Paty.

Le Premier ministre Jean Castex (centre), le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin (gauche) et le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti (droite) le 25 septembre 2020 à Bobigny
Le Premier ministre Jean Castex (centre), le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin (gauche) et le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti (droite) le 25 septembre 2020 à Bobigny Crédit : Ludovic MARIN / AFP
signature paul turban
Paul Turban Journaliste

Une semaine après l'assassinat de Samuel Paty devant son collège à Conflans-Sainte-Honorine, un second Conseil de défense et de sécurité nationale sur l'antiterrorisme s'est tenu ce vendredi 23 octobre matin à l'Élysée, en présence de plusieurs ministres. Après 2h30 de réunion, le Premier ministre a annoncé que "1.279 signalements à Pharos, service spécialisé chargé du recueil des signalements illicites sur Internet, ont permis 27 interpellations".

Jean Castex a par ailleurs annoncé que "123 visites domiciliaires ont été décidées et 56 déjà réalisées" depuis l'attentat contre le professeur d'Histoire-Géographie. Il a rappelé à la dissolution de Cheikh Yassine et la fermeture de la mosquée de Pantin, rappelant que "d'autres dissolutions et fermetures interviendront dans les prochains jours". 

Le Conseil de défense a aussi "décidé de compléter le projet de loi" sur les séparatismes, avec un "renforcement de la protection des fonctionnaires et des agents publics en pénalisant ceux qui font pression sur eux et sur le fonctionnement des services publics par des propos ou des comportements comme cela s'est produit à Conflans-Sainte-Honorine" et en permettant de "sanctionner ceux qui mettent en ligne des informations personnelles mettant en danger la vie d'autrui."


Pour intensifier la "surveillance des réseaux sociaux et la lutte contre la haine en ligne", le Premier ministre a annoncé un renforcement "sans délai" de la plateforme Pharos "en termes d'effectifs" et la création d'"un pôle spécialisé au sein du parquet de Paris" pour "centraliser les poursuites". "D'autres mesures sont encore à l'étude et seront décidées dans les prochains jours. Un prochain Conseil de défense sera convoqué pour arrêter toutes les mesures nécessaires", a conclu le Premier ministre, qui doit rencontrer à ce sujet la présidente de la Commission européenne. 

À lire aussi
Le Conseil d'État (illustration) église
Cérémonies religieuses limitées : pour le Conseil d'État, l'exécutif doit revoir sa copie

En marge de cela, la ministre déléguée en charge de la Citoyenneté Marlène Schiappa a annoncé à L'Obs la création d'"une unité de contre-discours républicain sur les réseaux sociaux", "sous l'autorité du Comité interministériel à la prévention de la délinquance et de la radicalisation" pour "porter un discours de contre-propagande." 

À titre d'exemple, la ministre explique que de nombreux message dénonçant de l'islamophobie ont été publiés après la perquisition de BarakaCity, association que l'exécutif veut dissoudre. "S'il y a eu une perquisition sous l'autorité du juge, c'est parce qu'il y avait des éléments dans un dossier judiciaire, a-t-elle expliqué. Nous avons mis plusieurs jours à répondre, la porte-parole du ministère de l'Intérieur a fait une vidéo. La prochaine fois, il faut que le contre-discours soit prêt, pour défendre nos valeurs."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Terrorisme Jean Castex
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants