1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. "Samuel Paty n'était pas protégé", soutient le maire de Conflans-Sainte-Honorine
2 min de lecture

"Samuel Paty n'était pas protégé", soutient le maire de Conflans-Sainte-Honorine

INVITÉ RTL - Laurent Brosse revient sur les circonstances du drame qui a touché sa ville vendredi et sur les prochaines mesures à prendre.

Laurent Brosse, le 17 octobre 2020.
Laurent Brosse, le 17 octobre 2020.
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
"Samuel Paty n'était pas protégé", soutient le maire de Conflans-Sainte-Honorine
09:05
"Samuel Paty n'était pas protégé", soutient le maire de Conflans-Sainte-Honorine
09:05
Julien Sellier

Ce mercredi 21 octobre au soir, un hommage national sera rendu à Samuel Paty. La cérémonie se tiendra à la Sorbonne, pour célébrer la mémoire de l'enseignant d'histoire géographie assassiné vendredi 16 octobre. En attendant, l'enquête se poursuit : sept personnes, dont deux mineurs, seront présentées à un juge antiterroriste dans la journée. Neuf gardes à vues ont par ailleurs été levées mardi soir.

Mardi 20 octobre, une marche blanche a réuni en fin de journée plusieurs milliers de personnes à Conflans-Sainte-Honorine. Le maire de la ville, Laurent Brosse, en retient "l'émotion" et parle d'un "bel hommage, à la hauteur" de Samuel Paty. "J'ai été impressionné par le monde", dit-il au micro de RTL. 

Laurent Brosse revient sur les circonstances du drame. Selon lui, "Samuel Paty n'était pas protégé". Pourtant, le maire confirme que le renseignement territorial était bien au courant de la situation dans l'établissement, et qu'une note avait été rédigée le 12 octobre. Il n'était toutefois "pas évident" selon lui d'apprécier le danger, le seul élément étant à ce moment là "la vidéo du père qui demandait le renvoi du professeur et appelait à la manifestation".

Au sujet de la fille de cet homme, qui n'avait même pas assisté au cours de Samuel Paty, il ignore si elle pourra revenir dans le collège à la rentrée, "ne serait-ce que pour sa sécurité à elle". Selon lui, cette décision "relève de l'Éducation nationale et de la principale du collège".

À lire aussi

Le maire de Conflans-Sainte-Honorine, qui dit avoir "vécu l'horreur vendredi soir dernier" espère "un retour à la normale" dans la ville, même s'il assure qu'il ne sera pas "comme avant". Il assure avoir besoin désormais de "prendre quelques décisions fortes" comme l'organisation d'une "grande concertation avec les associations spécialisées, la communauté éducative et la communauté religieuse" pour réfléchir aux actions à mener. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/