2 min de lecture Justice

Attaque au marteau à Notre-Dame : l'assaillant condamné à 28 ans de prison

Farrid Ikken, qui a blessé un policier lors d'une attaque au marteau devant Notre-Dame en juin 2017, a été condamné à 28 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises spéciale de Paris.

Cathédrale Notre-Dame de Paris
Cathédrale Notre-Dame de Paris Crédit : PATRICK KOVARIK / AFP
signature paul turban
Paul Turban et AFP

Il risquait la réclusion à perpétuité après avoir attaqué en 2017 avec un marteau deux policiers et en avoir blessé un. Ce mercredi 14 octobre, la cour d'assises spéciale de Paris a condamné Farrid Ikken à 28 ans de réclusion criminelle. Cette peine est assortie d'une période de sureté des deux tiers et d'une interdiction définitive du territoire français

Farrid Ikken, doctorant et multi-diplômé, a stupéfié tous ces proches qui le décrivaient comme un homme doux, avenant, ouvert et démocrate. Ni excuses, ni regrets : le prévenu a dit éprouver la "satisfaction du devoir" trois ans après les faits. Il a réaffirmé son adhésion entière à Daesh et à son ancien chef Abou Bakr al-Baghdadi, un "homme intègre" et "un modèle". 

Pire encore, Farrid Ikken a refusé de condamner les attentats de Mohammed MerahAmédy Coulibaly et des frères Kouachi. Selon lui, ces "moudjahidines (combattants, ndlr) martyrs" ont agi, tout comme lui, "en représailles" des attaques occidentales "contre les musulmans" en Irak et en Syrie. 

"C'est rare, y compris dans des procès terroristes, d'avoir quelqu'un à ce point satisfait de son action", a souligné l'avocate générale dans ses réquisitions appelant à la plus grande sévérité envers celui qui est devenu selon elle un "extrémiste total", un "fanatique de l'État islamique" enfermé dans un seul horizon: "le jihad". 

Le coupable a toujours nié avoir voulu tuer

À lire aussi
Symbole de la justice (illustration) justice
Pau : prison avec sursis pour deux policiers coupables de violences sur mineur

Le 6 juin 2017, le parvis de Notre-Dame de Paris était, comme à son habitude avant le terrible incendie qui l'a frappée en 2019, bondé de touristesFarid Ikken avait alors, avec un marteau, attaqué trois policiers. "C'est pour la Syria" (sic), s'était-il écrié. Un policier avait été touché à la tête et blessé. Le second agent avait neutralisé l'assaillant en le blessant d'un tir au thorax.

Des documents de propagande jihadiste avaient été découverts sur un ordinateur et des clefs USB que l'homme avait dans son sac à dos. À son domicile, une vidéo de revendication avait été retrouvée sur un appareil photo. Revendiquant son acte au nom de Daesh, il expliquait : "c'est l'heure de la vengeance, c'est l'heure du jihad". 

Le suspect avait très vite avoué. Néanmoins, il a toujours dit qu'il ne voulait que blesser les policiers et non les tuer, un "acte de résistance politique", afin d'"attirer l'attention de l'opinion publique française sur le massacre de (ses) petits frères et sœurs à Mossoul (Irak) et en Syrie par l'armée française". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Notre-Dame de Paris Paris
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants