2 min de lecture Attentats à Paris

Procès des attentats de janvier 2015 : Alwatik peine à justifier son lien avec Coulibaly

Lundi 12 octobre, Nezar Mickaël Pastor Alwatik a été entendu par la cour d'assises spéciale de Paris. Le jeune homme, dont l'ADN a été retrouvé sur deux armes d'Amedy Coulibaly, a eu du mal à justifier sa relation avec le terroriste.

Thomas Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Procès des attentats de janvier 2015 : Alwatik peine à justifier son lien avec Coulibaly Crédit Image : Benoit PEYRUCQ / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Cindy Hubert édité par Florise Vaubien

Pour les enquêteurs, Nezar Mickaël Pastor Alwatik, 35 ans, était un disciple d’Amedy Coulibaly. Au procès des attentats de janvier 2015, il répondait, ce lundi 12 octobre, devant la cour d'assises spéciale de Paris : il est accusé d’avoir apporté un soutien logistique au tueur de l’Hypercacher. Le jeune homme a eu bien du mal à justifier la relation qu’il entretenait avec son mentor. 

Le jeune homme se tortille dans le box des accusés : il tente de parler de "son Coulibaly", l’ami gentil qu’il a connu à la prison de Villepinte. Les deux détenus étaient affectés à la buanderie. "On s’occupait des draps", explique Nezar Mickaël Pastor Alwatik qui reconnaît que le tueur de l’Hypercacher lui donnait "des challenges sur la religion". "Il fallait que j’apprenne par cœur telle ou telle sourate mais je n’ai pas vu le mal en lui : il ne m’a jamais parlé de jihad ou de haine anti-juifs", a-t-il assuré. 

À noter que la sœur de l'accusé est de confession juive. "On fêtait Anouka, on était une famille arc-en-ciel", ajoute le jeune homme qui assume sa religion musulmane mais dément être un salafiste. Il a pourtant été marié plusieurs mois avec une jeune femme très rigoriste, voilée de la tête aux pieds. "Une ninja", soupire sa mère lors de l’audience, qui avait refusé de venir à l’union. 

Je suis lié à cette affaire, condamné ou pas

Nezar Mickaël Pastor Alwatik devant la cour d'assises spéciale de Paris, le lundi 12 octobre 2020.
Partager la citation

Jusqu’à la veille des attentats, Nezar Mickaël Pastor Alwatik était en lien constant avec Amedy Coulibaly : que fait-il ces jours-là, au tout début du mois de janvier ? Alwatik s’enfonce dans des explications confuses et change plusieurs fois de version. Son ADN a été retrouvé sur deux armes du tueur. 

À lire aussi
justice
Les infos de 18h - Local du Petit Cambodge squatté : l'audience chahutée

Pour se justifier, l’accusé assure qu’il venait d’acheter des bouchons d’évier : il a voulu ensuite les déposer dans le coffre de la voiture de Coulibaly. "J’ai vu des armes dans un sac, j’étais fasciné : je les ai touchées, ça a duré cinq secondes", explique le jeune homme. Nezar Mickaël Pastor Alwatik regarde ensuite la cour et hausse les épaules : "Si vous ne me croyez pas, tant pis pour ma gueule : de toute façon, ma vie est foutue puisque je suis lié à cette affaire, condamné ou pas".  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Paris Terrorisme Procès
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants