3 min de lecture États-Unis

Présidentielle américaine : qu'est-ce qu'un "caucus", qui lance la primaire démocrate ?

L'Iowa ouvre ce lundi 3 février les votes de la primaire démocrate avec son traditionnel "caucus", une forme de vote originale aux États-Unis.

Un air d'amérique - Corbé Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
Présidentielle américaine : qu'est-ce qu'un "caucus", qui lance la primaire démocrate ? Crédit Image : Michael B. Thomas / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Paul Turban

À Des Moines, dans l’Iowa, se tient ce lundi 3 février la première étape des primaires pour la présidentielle. On appelle cela un "caucus" dans cet État américain et non une primaire. Et ce n’est pas seulement une coquetterie de vocabulaire. Il n’y a pas de vote à proprement parler, en tout cas pas de bulletins de vote, pas d’isoloir, pas d’urne, pas de machine à voter. Les habitants votent avec leurs pieds.

"Caucus" est un mot de la langue des Algonquins, une tribu d’Américains natifs, d’Amérindiens. Cela veut dire "rassemblement des chefs de la tribu". C’est un peu l’esprit de ce caucus : des habitants d’un même quartier, ou d’un même village, se retrouvent dans une salle municipale, de la paroisse ou la cantine d’une école du coin. 

Ils parlent des différents candidats, et ils finissent par se rassembler ensemble dans la pièce en fonction du candidat qu’ils soutiennent, chacun dans un coin de la pièce, par petits groupes. Et ils se comptent. Si un groupe compte moins de 15% de l’ensemble, ces gens là doivent choisir un autre groupe.

>
23. Avec Pete Buttigieg, dans l'Iowa : l'homme qui monte dans la primaire Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : RTL | Date :

Une primaire démocrate très incertaine

On compte, salle par salle, et ensuite les résultats sont centralisés. Mais avec cette histoire des 15%, il est difficile de savoir à l’avance quel sera le second choix et donc qui va gagner. Sachant qu’il n’y a pas le secret de l’isoloir, chaque groupe essaye de convaincre les indécis de le rejoindre. Il peut y avoir des surprises, jusqu’au dernier moment, surtout cette année. 

Côté républicain, pas de suspense, le président Donald Trump va écraser les candidats lilliputiens qui tentent de le contester au sein de son parti. Mais l’incertitude est côté démocrate. Ces derniers mois, les courbes des sondages se sont beaucoup croisées. 

À lire aussi
New york, confiné en raison de l'épidémie de coronavirus, le 28 mars 2020 États-Unis
Coronavirus : comment expliquer la propagation fulgurante aux États-Unis

Le gagnant devrait être parmi ces 4 candidats : Bernie Sanders et Elisabeth Warren, deux sénateurs de l’aile gauche, et côté centriste, l’ancien vice président Joe Biden, et la surprise de cette campagne, le jeune Pete Buttigieg, 38 ans. Je mentionne son âge, car les autres que je vous ai cités sont tous septuagénaires, et c’est l’une des questions de cette campagne.

Le précédent Obama dans toutes les têtes

L’Iowa n'est pas forcément un bon indicateur du gagnant de la primaire. Les présidents Donald Trump et Ronald Reagan étaient arrivés seulement deuxième ici. Le président Bill Clinton était arrivé 4e ici avec 2% des voix. Cela ne les a pas empêché d’être désignés candidats puis d’être élus.

Mais il y a un précédent que tous les candidats ont en tête : Barack Obama s’était imposé en 2008 dans cet État, plus conservateur, plus rural, plus blanc que le reste de l’Amérique. Et c’est en frappant un grand coup ici que beaucoup d’Américains se sont dit qu’il avait une chance d’être élu président. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Présidentielle américaine Donald Trump
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants