1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Coronavirus : l'épidémie va-t-elle marquer la fin des sorties au cinéma ?
2 min de lecture

Coronavirus : l'épidémie va-t-elle marquer la fin des sorties au cinéma ?

ÉDITO - Fermées dans un grand nombre de pays depuis le début de la crise sanitaire, les salles de cinéma vont devoir évoluer pour survivre et faire face à l'explosion du streaming.

Une salle de cinéma vide (illustration)
Une salle de cinéma vide (illustration)
Crédit : RTL
Coronavirus : l'épidémie va-t-elle marquer la fin des sorties au cinéma ?
03:35
Coronavirus : l'épidémie va-t-elle marquer la fin des sorties au cinéma ?
03:35
François Lenglet - édité par Quentin Marchal

Aller dans une salle obscure pour voir un film au cinéma appartiendra-t-il bientôt au passé ? Ce loisir populaire et séculaire, qui date du début du vingtième siècle, pourrait voir la pandémie lui donner le coup de grâce. En effet, plusieurs signes ne trompent pas.

Vendredi 4 décembre, le producteur américain Disney a sorti sa dernière production, Mulan, simultanément en salles et en streaming sur son site Disney+, alors qu'auparavant on laissait toujours une période d'exploitation en salles exclusive avant de mettre un film sur le réseau. Autre exemple, Warner, l'un des plus grands studios de Hollywood, a annoncé il y a peu que toutes ses sorties de 2021 seraient faites sur la plate-forme internet HBO, qui lui appartient. 

En raison de la pandémie mondiale, ces studios se rabattent plus que jamais sur internet. Cette évolution était bien sûr engagée, avec l'amélioration des réseaux de télécoms et l'équipement des foyers en écrans plus grands et de bonne qualité mais le coronavirus, qui a fait fermer les cinémas physiques dans bon nombre de pays dans le monde, a accéléré les choses en forçant les consommateurs à rester chez eux

Aux États-Unis, Disney a vu le nombre de ses abonnés bondir à plus de 70 millions. Quant à Netflix, qui était déjà l'ennemi des salles de cinéma depuis plusieurs années, il dessert désormais presque 200 millions d'abonnés et a vu son cours boursier bondir pendant l'épidémie, au point qu'il est devenu ce qu'on appelle une "valeur Covid".

Une évolution des salles de cinéma à venir

À lire aussi

Pour se rémunérer face au contexte sanitaire, les studios vendent directement leurs productions sur leurs plateformes. Mulan est par exemple vendu 30 dollars sur internet aux États-Unis ou peut également être visionné via les abonnements mensuels qu'ils proposent. Cela ne suffit pas encore à couvrir les centaines de millions dépensés pour faire une
superproduction mais ces revenus ont fortement progressé.

Cette situation est une catastrophe pour les exploitants du cinéma. En France, ils bénéficient des mesures d'aides gouvernementales, réservées aux entreprises fermées sur décision administrative mais aux États-Unis, les grandes chaînes de multiplexes sont au bord de la faillite, avec des milliards de dettes. Le secteur s'attend à une vague de faillite et de restructurations l'année prochaine. Même après le retour à la normale, la durée d'exploitation en salle sera certainement plus courte qu'avant l'épidémie et les salles vont être contraintes d'évoluer elles aussi. 

Sur le plan marketing tout d'abord où les grands exploitants comme Pathé proposent désormais des abonnements, pour une vingtaine d'euros par mois, qui permettent de voir autant de films qu'on souhaite mais aussi dans le service ensuite avec un meilleur confort et un meilleur son avec de nouvelles techniques pour améliorer l'expérience. Un certain nombre de salles vont donc disparaître et les autres se tourneront vers le haut de gamme.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/