1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus : les femmes, grandes oubliées du plan de relance français
3 min de lecture

Coronavirus : les femmes, grandes oubliées du plan de relance français

Le plan de relance annoncé par le gouvernement pour sortir de la crise se concentre sur des domaines où les hommes sont plus nombreux que les femmes.

La majorité des Français et Françaises pensent que les actions du gouvernement ne suffisent pas dans la lutte contre les inégalités salariales
La majorité des Français et Françaises pensent que les actions du gouvernement ne suffisent pas dans la lutte contre les inégalités salariales
Crédit : iStock / Getty Images Plus
Le plan de relance oublie les femmes
03:19
Coronavirus : les femmes, grandes oubliées du plan de relance français
03:19
Martial You

Le gouvernement va débloquer 100 milliards pour le plan de relance et l'industrie de 2030 mais il y a un oubli de taille dans tous ces projets : les femmes ! C'est le constat de la Fondation des Femmes et il est cruel. Il n'y a que 20% du financement du plan de relance qui est dirigé vers des métiers féminins. Et j'avoue que je suis tombé de haut en lisant ça.

Je croyais sincèrement qu'on sortirait de cette crise par le haut car les investissements massifs qui vont être faits avec l'argent public vont permettre de déployer des usines plus frugales en énergie.

Ce plan va créer de nouveaux métiers, mettre en avant des énergies comme l'hydrogène, métamorphoser les transports et les villes. Bref, accélérer la mutation de notre monde. Mais il y a une chose qui ne changera pas : le progrès va encore laisser les femmes de côté.

On traîne derrière nous le poids des décennies passées

Martial You

Attention, je ne suis pas en train de dire que cette révolution 4.0 est construite par les hommes pour conserver leur petit empire... Non, c'est juste qu'on traîne derrière nous le poids des décennies passées. Les emplois et les projets qui seront financés par le plan de relance sont tous dans la recherche et le développement, dans les sciences, la technologie et les startups... Autrement dit des secteurs dans lesquels on ne voit pas les femmes.

À lire aussi

Cela ne date pas d'aujourd'hui mais ce qui est révoltant c'est que ça se prolongera demain. C'est ça qui est insupportable. L'année où deux femmes dont une française, Emmanuelle Charpentier, remportent un Nobel de Chimie, on constate qu'il y a toujours uniquement 20% de femmes dans nos grands laboratoires de recherche, 10% de femmes qui travaillent sur les algorithmes (et donc la maîtrise des données et l'intelligence artificielle). Moins de 30% sont présentes dans les écoles d'ingénieurs.

Tout cela progresse trop lentement. À tel point que Christine Lagarde a surpris tout le monde, il y a quelques jours, en se prononçant en faveur de quotas de femmes dans les conseils d'administration, les états-majors des entreprises, les postes à responsabilité dans l'administration. Et elle a raison ! Elle a toujours été à l'aise dans la gestion des hommes : au FMI, à la BCE et quand elle dirigeait le plus grand cabinet d'avocats d'affaires au monde, chez Baker et McKenzie, elle s'amusait à passer la parole aux partners en leur jetant une peluche... Une façon ironique de les materner.

La réalité, c'est que les femmes restent cantonnées à tout ce qu'on appelle le "Care"

Martial You

La réalité, c'est que les femmes restent cantonnées, même quand elles sont dans la recherche ou dans les métiers du futur, à tout ce qu'on appelle le "Care", c'est à dire le médical et le social. La crise a révélé qu'on avait un cruel besoin dans ces activités-là, mais il faut de la mixité. À tous les niveaux.

Quand on regarde ceux (ou plutôt celles) qui ont été en première ligne depuis un an, on retrouve les infirmières (87% de femmes), les aides-soignantes (91%), les aides à domicile (97%), les agents d'entretien (73%) ou encore les caissières (76%). Mais 20% de startupeuses qui ont plus de mal à lever de l'argent que les hommes.
 
Et ça ne va pas s'arranger avec les mesures annoncées à l'école... Que va-t-il se passer quand on va fermer la classe entière au premier cas de Covid dans les 19 départements sous surveillance ? Comme on n'ose pas confiner officiellement pour mettre pères et mères sur le même pied d'égalité, les femmes, comme d'habitude, vont s'arrêter. Comme s'il s'agit d'une banale grippe.

Le Plus : un syndicat chez Amazon aux USA

Ce serait une première pour le groupe de Jeff Bezos mais surtout il pourrait voir le jour en Alabama, un État très conservateur qui a plutôt une tradition anti-syndicale.

La Note : 8/20 à l'Australie

Le pays vient de décider de stopper les aides publiques qui avaient été débloquées pour venir en aide aux salariés qui ne pouvaient plus travailler à cause du Covid. C'est dur car cela risque de mettre 150.000 personnes au chômage dans les prochains jours mais c'est aussi le signe que le pays sort de la pandémie.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/