1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Le succès des objets connectés peut-il provoquer une pénurie d'électricité ?

Le succès des objets connectés peut-il provoquer une pénurie d'électricité ?

Le responsable du réseau électrique en France, RTE, estime que les trois prochains hivers sont menacés par des pénuries d'électricité. Une situation qui devrait s'améliorer d'ici 2024.

Une montre connectée d'Apple (illustration)
Une montre connectée d'Apple (illustration)
Crédit : AFP / Archives, Chris McGrath
Indépendance énergétique : les perspectives ne sont pas rassurantes
03:54
Indépendance énergétique : les perspectives ne sont pas rassurantes
03:54
L'Eco and You - Martial You
Martial You
Journaliste

Est-ce qu'on va avoir assez d'électricité pour alimenter le monde d'après ? RTE, le responsable du réseau électrique en France s'est projeté sur les 10 ans qui viennent et a remis un rapport mercredi 24 mars. C'est vrai que le personnage principal du monde d'après, ce sera la fée électricité. Malheureusement, elle est fatiguée et pourtant tout va reposer sur elle.

On voit l'émergence des voitures électriques... On nous annonce 25 à 50 milliards d'objets connectés d'ici 2030 : des montres, des maisons, des villes, des usines toutes équipées de capteurs et la montée en puissance de l'intelligence artificielle qui aura besoin d'énormément  de courant, en permanence.

Face à cela, on a un parc de production vieillissant et des énergies renouvelables qui se déploient doucement. Les éoliennes ne décollent pas.

On est à peu près sûr des problèmes qui se profilent à courte échéance

Martial You

Ce qui est intéressant, c'est qu'on voit une fois de plus qu'on est à un moment-charnière. Tout cela passe à horizon 10 ans mais ça s'annonce très tendu sur les trois prochains hivers. Comme toujours avec l'électricité, on est à peu près sûr des problèmes qui se profilent à courte échéance et obligé d'être optimiste pour après. Mais ce qui est rassurant aussi, c'est que, comme chaque hiver, globalement, ça passe et on évite le black-out. Cela ressemble à un petit miracle à chaque fois. L'an dernier, la consommation avait baissé de 20% pendant le confinement et c'est ce qui nous a permis de franchir le cap.
 
Dans les trois prochaines années, on sait qu'on n'aura pas encore l'EPR qui continue à prendre du retard. On sait aussi que l'entretien du parc des centrales a pris du retard avec les confinements de ces derniers mois et qu'on va donc traîner ça pendant quelques temps avec des arrêts de sites et de réacteurs. On a environ un quart des réacteurs qui doivent être stoppés pour être révisés.

À lire aussi

On n'aura pas non plus réussi à monter en puissance sur les renouvelables et notamment l'éolien offshore qui est une vraie réponse surtout pour le pays qui a la plus grande façade maritime d'Europe.

En 2024, les appareils seront moins énergivores que ceux d'aujourd'hui

Martial You

À partir de 2024, ça ira mieux. Et ce même malgré la montée en puissance de l'usage des appareils électriques dont on parlait, parce que la bonne nouvelle de cette montée en puissance, c'est que les appareils seront moins énergivores que ceux d'aujourd'hui. Selon RTE, la consommation d'électricité va augmenter de 5% seulement d'ici 2030 malgré tous ces appareils qui tourneront à l'électricité... mais on va aussi nettement progresser en matière d'économies d'énergie. 

Avec la montée en puissance du renouvelable, l'ouverture de Flamanville (ça finira bien par arriver dans les 10 ans !) et surtout l'isolation thermique des bâtiments, le pilotage des sites industriels grâce à des "jumeaux numériques", ce sont des logiciels d'intelligence artificiels qui reproduisent le fonctionnement d'une usine en temps réel et qui peuvent la piloter à distance pour qu'elle consomme moins et pour éviter les pannes... Avec les smart cities qui vont mieux gérer leurs consommations d'électricité, leurs transports... Tout ça va permettre d'économiser 30 à 40 millions de tonnes de CO2 d'ici 2030.

Tout repose sur la montée en puissance du nucléaire

Martial You

Mais cela veut dire qu'on garde le nucléaire, car tout repose sur sa montée en puissance avec Flamanville et la prolongation de la durée de vie du parc existant alors qu'on atteint les 40 ans. Il faudra même lutter contre quelques postures idéologiques si on veut s'en sortir, c'est ce que nous dit RTE. Par exemple, en maintenant ouverte la dernière centrale à charbon de France, celle de Cordemais, pour préserver l'alimentation de la Bretagne quelques jours par an. Ce n'est rien mais c'est ce qui évite l'embolie et la panne.
 
En 1879, Thomas Edison dépose le brevet de l'ampoule à filament... Le concept est connu depuis une cinquantaine d'années mais ça va lancer la grande aventure General Electric et surtout permettre l'émergence de la révolution industrielle. Près de 150 ans plus tard et après le déploiement du pétrole et des hydrocarbures, l'électricité redevient le carburant du monde numérique qui se prépare.

Le plus : PSA Champion d'Europe

Le groupe est le plus gros vendeur de voiture du continent en février malgré un marché en baisse. C'est grâce au succès du lancement de la 208.

La note : 9/20 au télétravail intégral

Le télétravail à 100% est LE geste-barrière en attendant le vaccin et il continue à baisser. Selon les derniers chiffres officiels de la DARES, il n'y a plus que 31% des télétravailleurs qui restent chez eux toute la semaine, c'était 44% en Novembre.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/