4 min de lecture Économie

Blocage du Canal de Suez : quelles conséquences pour l'économie ?

Depuis lundi 22 mars, le Canal de Suez est bloqué par le porte-containers "Ever-Given". Un événement qui a impact significatif sur l'économie mondiale.

Eco_245x300 L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
L'économie mondiale bloquée par un tanker Crédit Image : AFP PHOTO / HO / Suez Canal | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You Journaliste RTL

Le porte-conteneur "Ever-Given" bloque le Canal de Suez et cela va pénaliser le commerce mondial. Le Canal de Suez, c'est l'autoroute du commerce mondial et il est en train de ressembler au péage de Saint Arnoult un soir de retour de week-end pascal.

Vous avez sans doute vu cette ville flottante, 400 mètres de long (3 stades de foot mis bout à bout) et 229.000 tonnes en travers des eaux vertes du Canal... Un géant ensablé. Et cette pelleteuse qui semble minuscule comme un crabe qui cherche à dégager un cachalot. C'est la situation dans laquelle nous sommes depuis 3 jours et ça risque de durer pendant encore quelques jours selon les autorités égyptiennes.
 
Le problème, c'est qu'une bonne partie du commerce mondial passe par là. L'Ever-Given est ensablé mais à l'autre bout du Canal, vous avez 80 bateaux du même genre qui font des ronds dans l'eau : 12% du trafic de marchandises entre l'Asie et l'Europe passent par le Canal de Suez. On estime que c'est une cargaison d'une valeur de 10 milliards d'euros qui est immobilisée, en ce moment, sur tous ces super tankers.

Les conséquences économiques risquent d'être énormes

Martial You
Partager la citation

Chaque année, 20.000 navires passent par là... Le blocage a même fait remonter les cours du pétrole de 6% car vous avez chaque jour 2 millions de barils qui transitent par ici... 2 millions de barils par jour, c'est pratiquement la production quotidienne d'une compagnie comme Total.

Les bateaux vont se dérouter mais les conséquences économiques risquent d'être énormes. Parce qu'en fait, on reviendrait 150 ans en arrière, avant la construction de ce Canal. Il a été inauguré en 1869, 10 ans de travaux et l'aboutissement d'un rêve et d'une belle histoire d'amitié entre le Français Ferdinand de Lesseps et le jeune leader égyptien Saïd Pacha... Cette bande de 162 km a ouvert une route entre la Mer Rouge et la Méditerranée et surtout entre l'Asie et l'Europe.

À lire aussi
superstitions
Égypte : quand les intox se nourrissent des légendes et malédictions

Si on bouche le Canal, il faut, comme avant, contourner toute l'Afrique et remonter vers le Vieux Continent, cela signifie 15 jours de traversée supplémentaire, des retards de livraison et, potentiellement, des chaînes de production à l'arrêt dans les usines européennes.

D'autant que c'est déjà tendu sur la livraison des matières premières. On parle beaucoup des semi-conducteurs qui manquent depuis des semaines en Europe et dans l'industrie automobile notamment. PSA a dû ralentir la cadence de production et des équipementiers auto sont à l'arrêt. Des pénuries, il y en a sur la plupart des matières premières qui viennent toutes de Chine ou du Japon.

Pour comprendre la mondialisation et ce qui se passe aujourd'hui, il faut remonter 50 ans en arrière... pas plus

Martial You
Partager la citation

Finalement, cet accident maritime intervient aussi au terme d'une année marquée par le Covid et finalement les deux événements montrent deux choses : l'essoufflement du modèle de la mondialisation et notre hyper-dépendance à l'Asie. Pour comprendre la mondialisation et ce qui se passe aujourd'hui, il faut remonter 50 ans en arrière... pas plus. A ce moment-là, on a créé les containeurs, des boîtes standards, qui passent du supertanker au camion en quelques minutes. Cela a révolutionné le marché mondial et ça a permis à la Chine de devenir l'usine du monde en alimentant toute la planète.
 
Aujourd'hui, il manque de containeurs : disons qu'on est à flux tendu. Il y a 24 millions de containeurs pour toute la planète. Pas un de plus. L'essentiel d'entre eux doivent partir d'Asie pour arriver en Europe ou aux États-Unis. Mais comme le monde s'est arrêté pendant plusieurs mois, la production est repartie en Asie mais les containeurs étaient restés à quai loin des ports chinois. Donc, en fin de compte, ça fait moins de boîtes... et les prix de transports grimpent. La Chine livre au plus offrant, comme au bon vieux temps des masques.
 
Cela valide l'idée qu'il faut vraiment revenir à des productions plus diversifiées, plus locales et sans doute aussi avec un mode de transport qui soit également plus large. C'est pour ça que les chinois eux-mêmes ont rouvert une route de la soie qui part de Chine et traverse la Russie et l'Europe en train.

Le Plus : moins de trains

La SNCF a annoncé qu'elle allait encore réduire le nombre de trains puisque les dernières mesures interdisent à deux tiers du pays de sortir de son département. La compagnie ne faisait déjà circuler qu'un train sur 3.

Autre transport, Air France avec un accord à la clé... L'État est en négociation avec Bruxelles depuis des semaines pour recapitaliser la compagnie à hauteur de 5 milliards environ. Selon Les Échos, un accord a été trouvé. Les parties bloquaient sur le nombre de créneaux que la Commission demandait à Air France de rendre à Orly et à Roissy. Visiblement, Paris a obtenu le minimum pour qu'Air France reste viable économiquement.

La Note : 12/20 à Lustucru

Le groupe français est en position pour racheter un autre géant des pâtes... oui, mais des Panzani. Panzani pourrait être à vendre pour 600 millions d'euros.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Mondialisation Commerce
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants