1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : que sait-on du CoronaVac, le vaccin "classique" produit en Chine ?
2 min de lecture

Coronavirus : que sait-on du CoronaVac, le vaccin "classique" produit en Chine ?

Le vaccin produit par la laboratoire chinois Sinovac s'appuie sur des méthodes habituelles de vaccination et a été présenté comme plus rassurant que le vaccin de Pfizer et BioNTech. L'information à son sujet reste limitée.

Une présentation du vaccin contre la Covid-19 produit par le laboratoire chinois Sinovac.
Une présentation du vaccin contre la Covid-19 produit par le laboratoire chinois Sinovac.
Crédit : JUSTIN TALLIS / AFP
Victor
Victor Goury-Laffont
Journaliste

Quelques mois avant que le vaccin coproduit par Pfizer et BioNTech ne commence à être autorisé, au Royaume-Uni ou encore au Canada, la Chine autorisait dès août l'utilisation en urgence de CoronaVac, produit développé par l'entreprise pékinoise Sinovac.

Alors que l'autorisation du vaccin Pfizer/BioNTech pourrait intervenir prochainement en France, l'Agence européenne des médicaments prévoit de l'examiner avant le 29 décembre, les doutes qu'il provoque amènent les regards à se tourner vers la Chine

"Au niveau des effets indésirables, il y a un vrai problème dans le vaccin Pfizer", estimait le professeur Éric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à l'antenne de LCI. Et pourtant, lors de la même émission, le médecin allait jusqu'à affirmer que "si on m'invite à l'ambassade de Chine, je me vaccine avec le vaccin chinois".

Un vaccin "classique"

Pourquoi cette différence de traitement ? Le vaccin de Sinovac est un vaccin "classique", expliquait le généticien Axel Kahn au micro de RTL le 8 décembre : le virus est inactivé puis injecté. Le système immunitaire affronte ce virus sans risque de maladie, et génère des anticorps.

À lire aussi

Cette solution traditionnelle rassure d'autant plus que le vaccin Pfizer/BioNTech s'appuie sur une technique inédite à base d'ARN messager, décrite comme "révolutionnaire" par Axel Kahn. Une partie du code génétique du nouveau coronavirus sera injectée, afin de produire des protéines de spicule, une pointe inoffensive du virus. Celle-ci sera détectée par le système immunitaire qui produira en réponse des anticorps. 

Mais même si la méthode est davantage connue, les connaissances restent partielles quant à ce CoronaVac. Seuls les résultats des phases I et II des essais cliniques ont été publiés, le 17 novembre, dans la revue scientifique The Lancet. Une troisième phase avait été entamée au Brésil en octobre, puis brièvement interrompue après le suicide d'un des participants, jugé sans lien avec le vaccin. 

Le CoronaVac est d'ailleurs l'objet de débats virulents au Brésil. L'État de Sao Paulo, le plus peuplé du pays, a commandé 46 millions de doses du laboratoire chinois, et espère une approbation des pouvoirs publics pour entamer la campagne de vaccination. Le gouvernement fédéral, en revanche, s'apprête à acheter le vaccin Pfizer/BioNTech. Très critique de la recherche chinoise, le président Jair Bolsonaro avait affirmé, en octobre, que "les Brésiliens ne seront pas les cobayes de qui que ce soit".

À écouter

Saison 2 - 9. Coronavirus : le point sur la course aux vaccins
13:22
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/