3 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : "On ne sait pas" si le corps développe une immunité, prévient Cymes

Les médecins peinent à déterminer si les patients guéris du coronavirus bénéficient durablement d’une protection.

Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Coronavirus : "On ne sait pas" si le corps développe une immunité, prévient Michel Cymes Crédit Image : Juraj Varga | Crédit Média : MIchel Cymes | Durée : | Date : La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes édité par Maxime Magnier

Peut-on attraper deux fois le Covid-19 ? Figurez-vous que cette question, tout le monde se la pose, mais qu’il n’y a pas grand monde pour y répondre de manière claire. La communauté scientifique planche sur le sujet, qui, en fait, consiste à vérifier que les anticorps développés par les personnes qui ont attrapé la maladie, et qui ont guéri, sont capables de neutraliser définitivement le coronavirus, un peu comme la rougeole : je l’ai eu une fois quand j’étais petit et je suis à l’abri pour toujours. Je parle d’anticorps "capables de neutraliser", mais également "détectables".

Cette "immunité individuelle" fonctionne ainsi : quand le virus pénètre dans votre organisme, votre système immunitaire sonne l’alerte. Il va produire, entre autres - il y a d’autres actions du système immunitaire -, ces fameux anticorps pour combattre le virus. La réponse est plus ou moins efficace : elle dépend, notamment, de votre état de santé global. Mais le système immunitaire va conserver le souvenir des agents infectieux qu’il a déjà croisés. 

C’est un petit peu comme le vigile qui se trouve à l’entrée de la boîte de nuit (j’espère que vous pourrez y aller cet été, ce n’est pas gagné). Le gars vous connaît, il sait que vous mettez la pagaille quand vous arrivez, donc il se laisse embobiner une fois, mais pas la fois suivante : il se rappelle votre tête et vous empêche de nuire. 

On ne connaît pas le comportement du coronavirus

Reste que le coronavirus est un sacré client, et tous les clients ne sont pas les mêmes. La rougeole, à laquelle j’ai déjà fait allusion, est grillée pour toujours quand elle se fait repérer. La grippe, vous l’attrapez, ensuite elle se fait oublier pendant quelques mois. Le rhume, lui, vous laisse tranquille quelques semaines avant de retenter sa chance. Le coronavirus, on ne sait pas trop. C’est un client dont on ne connaît pas trop le comportement, l’entêtement et la ruse dont il est capable.

À lire aussi
Le massif des Écrins à 1.870 mètres d'altitude, pris en photo le 16 juin 2017 (Hautes Alpes) santé
Coronavirus dans les Hautes-Alpes : une colonie de vacances fermée, 326 tests faits

Le professeur Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique qui fait ses recommandations au gouvernement, a expliqué que la durée de vie des anticorps protecteurs contre la maladie était très courte. C’est une manière feutrée de nous dire que le virus peut-être réactivé dans un organisme qui a déjà eu affaire à lui, donc qu’il serait théoriquement capable de rouler dans la farine le vigile de la boite. Combien de fois en combien de temps ? C’est le grand mystère. 

L'immunité collective remise en question ?

J’ai des amis qui ont manifestement contracté le Covid-19 il y a quelques semaines ou quelques mois, avec tous les symptômes caractéristiques. Et le test sérologique fait il n’y a pas longtemps était négatif. Autrement dit : on ne détecte pas les anticorps. Est-ce que c’est le test qui n’était pas fiable ou est-ce que ces anticorps, finalement, n’étaient plus là pour les protéger ? On ne sait pas. En tout cas, vous pouvez considérer, jusqu’à être plus amplement informés, que même si vous avez déjà eu la maladie et que vous en avez guéri, vous n’êtes pas forcément immunisé.

Dans ce cas, l’espoir d’une immunité collective serait donc vain. Sans immunité individuelle, pas d’immunité collective. Reste qu’encore une fois, on a beaucoup à apprendre de ce virus et de ses particularités. Le salut passe donc par un vaccin. De nombreux laboratoires travaillent actuellement à sa réalisation. Mais un vaccin, ça ne se fabrique pas en 48 heures et, une fois qu’il existe, encore faut-il que tout le monde en bénéficie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Médecine Virus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants