2 min de lecture Épidémie

Coronavirus aux Etats-Unis : un vaccin prometteur testé avec succès sur des singes

L'université du Montana a inoculé un vaccin contre le coronavirus à six macaques. Un mois plus tard, ces animaux ne sont pas porteurs du nouveau coronavirus.

Un air d'amérique - Corbé Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
Coronavirus aux Etats-Unis : un vaccin prometteur testé avec succès sur des singes Crédit Image : Schneyder Mendoza / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
Journaliste RTL

Un vaccin contre le Covid-19 est-il en passe d'être découvert ? C'est en tout cas l'espoir nourri par une étude encourageante menée dans un laboratoire du Montana, à partir d’un vaccin conçu par des scientifiques de l’université d’Oxford au Royaume-Uni. L'étude a pour l'heure été conduite sur des singes et des macaques, les animaux les plus proches de l’homme dans le monde animal.

En mars 2020, des macaques ont ainsi été exposés à de fortes quantités de virus. Les singes sont tombés malades, sauf six macaques qui avaient reçu le vaccin expérimental d’Oxford. Un mois plus tard, ces six singes ne sont pas porteurs du nouveau coronavirus et n’ont pas d’effet secondaire notable. Si elle est encourageante, cette étude ne porte que sur les singes, il pourrait donc falloir encore beaucoup de temps pour démontrer que le vaccin fonctionne sur les humains.

Mais le processus pourrait être plus rapide qu'escompté. Car les travaux sur ce vaccin n’ont pas commencé il y a quelques semaines ou quelques mois. Les chercheurs d’Oxford s'affairent en effet depuis des décennies sur les vaccins contre les coronavirus. Il en existe déjà pour d'autres formes de coronavirus et qui ont été testés sur des humains. Cette équipe cherche désormais à l’adapter au Covid-19. 

Un test sur 6.000 personnes en mai ?

Ce vaccin doit être testé au plus vite sur les humains. C'est pourquoi l’équipe d’Oxford espère tester 6.000 personnes d’ici la fin du mois de mai. Mais elle est confrontée à une difficulté paradoxale : comme la courbe s’aplatit en Europe et aux États-Unis, il va être plus difficile de démontrer que le vaccin est efficace : car ceux qui vont recevoir un placebo ne seront pas forcément infectés plus fréquemment que ceux qui ont reçu le vaccin. Les scientifiques risquent donc de devoir tester dans des pays où la courbe s’accélère, ce qui pourrait ralentir les choses. Et même si les essais sont concluants, la mise sur le marché prendra beaucoup de temps.

À lire aussi
Un homme portant un masque à Paris, pour se protéger de l'épidémie de coronavirus, le 13 mars 2020 santé
Coronavirus : un reconfinement serait "impossible", selon un virologue

Et pourtant l'équipe est optimiste. L’un des chercheurs assurait mercredi 29 avril 2020 sur NBC que ces vaccins pourraient être disponibles d’ici six mois. Evidemment, si et seulement si ces essais humains confirment cet espoir, les premières doses pourraient être disponibles dès septembre.

Et cette équipe de chercheurs ne perd pas de temps, elle travaille déjà à une production à grande échelle d’ici la fin de l’année. Sans attendre les résultats, des dizaines de millions de dollars sont investis en ce moment pour le produire, d’abord pour le marché européen, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Aux États-Unis les négociations coincent.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Santé Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants