1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : que sont devenus les candidats de 2017 qui ne se représentent pas ?
4 min de lecture

Présidentielle 2022 : que sont devenus les candidats de 2017 qui ne se représentent pas ?

Parmi les onze candidats à l'élection présidentielle de 2017, quatre ne se sont pas représentés cette année. Que sont devenu François Fillon, Benoît Hamon, Jacques Cheminade et François Asselineau ?

Les 11 candidats à l'élection présidentielle 2017 dans l'ordre alphabétique
Les 11 candidats à l'élection présidentielle 2017 dans l'ordre alphabétique
Crédit : AFP
Philippine Rouvière Flamand

Il y a cinq ans, les noms de François Fillon, Benoît Hamon, Jacques Cheminade et François Asselineau étaient dans toutes les bouches. Aujourd'hui, ces anciens candidats à l'élection présidentielle de 2017 sont quasiment totalement absents dans les médias, et invisible dans les débats politiques.

En 2017, François Fillon était le candidat des Républicains (LR), Benoît Hamon était le candidat du Parti Socialiste (PS) et est fondateur de Génération.s, François Asselineau représentait l'Union Populaire Républicaine, et Jacques Cheminade dirigeant et candidat de Solidarité et Progrès (SP).

Que sont devenu François Fillon et ses costumes qui ont tant fait coller d'encre il y a cinq ans ? Où sont passés Benoît Hamon et son parti Génération.s ? Qu'est devenu le rêve de Frexit de François Asselineau ? Et qu'est devenu Jacques Cheminade, qui voyait déjà l'humanité sur la Lune

François Fillon

La campagne de François Fillon a été secouée par le "penelopegate" et "l'affaire des costumes." Après sa victoire écrasante face à Alain Juppé lors de la primaire de la droite, l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy était donné grand favori des élections. Mais au cours de la campagne, François Fillon a été accusé d'avoir offert à sa femme un emploi fictif, qui lui aurait rapporté plus d'un million d'euros entre 1998 et 2013. Reconnu coupable de détournement de fonds public, complicité et recel d'abus de biens sociaux, il a été condamné à cinq an d'emprisonnement (dont un ferme aménagé en peine a domicile), à 375.000 euros d'amande et dix ans d'inéligibilité. L'affaire des costumes est venue, par la suite, achever totalement ses rêves de présidences.

À écouter aussi

Depuis sa condamnation en juin 2020, François Fillon ne s'est que très peu exprimé publiquement. Sorti de la vie publique après son échec en 2017, l'ancien candidat des Républicains a pris la parole à de rares occasions, comme l'assassinat de Samuel Paty en 2020. L'ancien politique, reconverti dans la finance, a alors livré quelques mots sur son compte Twitter : "Voilà où mène le totalitarisme islamique que j'ai mainte fois dénoncé".

Sur les réseaux sociaux, François Fillon parle principalement de l'association dont il est le fondateur : Agir pour la Paix avec les Chrétiens d'Orient, ainsi que de leurs actions. Sur le site de l'association, on peut voir que l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy part "à la rencontre des gouvernements institutions, des associations partout où cela est possible dans le monde arabe pour mener son combat pour la diversité culturelle et religieuse, ferment de la paix."

L'ancien candidat a également affiché son soutien pour Valérie Pécresse, qui lui succède à la candidature de LR pour l'élection présidentielle.

Benoît Hamon

Après son échec sous le drapeau du PS en 2017, Benoît Hamon s'est concentré sur son parti Génération.s. Le but de ce nouveau parti est "d'offrir une alternative résolument écologique, sociale et démocratique à toutes celles et ceux qui perçoivent l'extrême danger du nationalisme et savent depuis longtemps qu'il n'est aucun progrès possible dans la fuite en avant néolibérale" peut-on lire dans le Manifeste de Génération.s. L'ancien candidat du PS s'est ensuite éloigné de la vie politique. 

En juin dernier, Benoît Hamon s'y est replongé, rêvant a un rassemblement des écologistes et des socialistes. Il devient alors conseiller régional d'Île-de-France sur la liste de Julien Bayou. 

Dans un entretien au Monde, en septembre 2021, Benoît Hamon a annoncé son retrait de la vie politique. Il y affirme vouloir s'engager dans une association d'aide aux réfugiés, dont il est le PDG. Pour autant, l'ancien candidat du PS est toujours en poste à la Région Île-de-France. 

Jacques Cheminade

Après n'avoir pas convaincu les Français en 2017, Jacques Cheminade est toujours actif en politique. Bien qu'il ne soit pas un élu, il est très actif sur ses différents réseaux sociaux. Il a notamment appelé les maires de France à parrainer les "petits candidats" pour l'élection présidentielle et s'est positionné contre l'entrée de l'Ukraine dans l'Union européenne.

En tant que président de son parti, Solidarité et Progrès, il enfile régulièrement une casquette de youtubeur. L'ancien candidat à la présidentielle s'exprime sur la chaîne de son parti sur différents sujets, de son analyse de la série Squid Game, à l'inceste en passant par la guerre en Ukraine. Jaques Cheminade s'y exprime, dans des vidéos qui durent en moyenne 30 minutes, face caméra et avec très peu de montage. Sa volonté de voir l'humanité coloniser la Lune et conquérir Mars ne fait pas partie des sujets abordés. 

François Asselineau

François Asselineau est le seul à s'être représenté pour l'élection de 2022 et qui n'as pas eu suffisamment de parrainages. Le candidat de l'Union Populaire Républicaine a réuni 293 parrainages avant la date limite de dépôt de candidature.

Lui aussi très présent sur YouTube, il y défend ses analyses politiques, notamment contre l'Union européenne (le candidat voulait enclancher le Frexit), les médias et avec une certaine indulgence envers Vladimir Poutine, dont les troupes ont envahi l'Ukraine il y a maintenant plus de deux semaines.

Ses vidéos, publiées sur la chaîne de l'UPR, sont regardées par des centaines de milliers de personnes. Dans l'une d'entre elles, François Asselineau s'est dit très déçu de ne pas avoir reçu le nombre de parrainages nécessaire pour participer à l'élection présidentielle. Il y explique notamment les raisons qui, selon lui, font que le système de parrainage est pensé pour favoriser en priorité les candidats des parti les plus connus, tels que le PS et LR. 

Le président de l'UPR a également été mis en examen en février de l'année dernière pour harcèlement moral et agression sexuelle. Des accusations qu'il a toujours qualifié de calomnieuses. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/