1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Marseille : qui est le nouveau maire, Benoît Payan ?
3 min de lecture

Marseille : qui est le nouveau maire, Benoît Payan ?

PORTRAIT - Le nouveau maire est un socialiste, un "professionnel de la politique" qui l'assume. Il remplace l'écologiste Michèle Rubirola à la tête de Marseille.

Benoît Payan, le 21 décembre 2020.
Benoît Payan, le 21 décembre 2020.
Crédit : CHRISTOPHE SIMON / AFP
Coline Daclin & AFP

Il est le nouveau maire de Marseille : Benoît Payan a été élu lundi 21 décembre en conseil municipal, après la démission de Michèle Rubirola. Cette dernière avait mené la deuxième ville de France pendant un peu moins de six mois, avant de partir en invoquant des raisons de santé.

Benoît Payan a obtenu 53 voix, soit la majorité absolue requise. L'opposition de droite n'a pas pris part au vote dénonçant une "forme de déni de démocratie". Il promet désormais de faire de Marseille "une ville plus verte et plus juste". 

Alors que Michèle Rubirola était issue d'Europe Ecologie les Verts, le nouveau maire est membre du Parti Socialiste. Il est à la tête du Printemps Marseillais, un rassemblement de gauche incluant des socialistes, des Insoumis, des écologistes et des mouvements citoyens. "Je suis membre d'une majorité qui défend une ville plus verte, plus juste et plus démocratique qui se donne deux priorités: rassembler les Marseillais en combattant les injustices et dessiner l'horizon d'une ville durable", a-t-il déclaré lors de son discours d'intronisation.

"Un professionnel de la politique"

A 42 ans, Benoît Payan devient l'un des plus jeunes maires de Marseille. Né dans le quartier ouvrier de Pont-de-Vivaux, d'une mère employée à l'Urssaf et d'un père menuisier, il a suivi une formation de notaire. Il n'a toutefois jamais exercé car il s'est lancé très vite en politique. D'abord au sein du département des Bouches-du-Rhône, alors dirigé par Jean-Noël Guérini, puis dans les cabinets, à la région, puis chez la ministre Marie-Arlette Carlotti au sein du gouvernement de François Hollande. 

À lire aussi

"A l'âge de 14 ans, il m'avait envoyé une lettre de motivation pour entrer dans la section dont il est vite devenu le chef", raconte cette dernière à l'AFP. "C'est un affectif, très secret, qui peut avoir des doutes même s'il ne le montre pas et qui a de l'éloquence. Dans sa génération, c'est l'un des plus brillants. Un vrai produit de Marseille", résume-t-elle. 

"On dit de moi que je suis un professionnel de la politique", a pour sa part déclaré le 47ème maire de Marseille ce lundi. "Cet engagement je l'assume et je le revendique, j'ai fait le choix à 20 ans de devenir un militant de gauche. J'ai consacré ma vie au combat pour ce qui est juste." En 2017, pour l'élection présidentielle, il était un soutien de Benoît Hamon.

"L'urgentiste" de Marseille ?

Chef de file de l'opposition lors du dernier mandat de Jean-Claude Gaudin (2014-2020), il était omniprésent lors des apparitions médiatiques de Michèle Rubirola, dont il était le premier adjoint. 

"Michèle Rubirola n'était peut-être pas à l'aise avec son rôle de maire qui implique d'instaurer des rapports de forces et de pouvoir. C'est là que Benoît Payan peut être d'une certaine manière plus efficace", estime le chercheur en sciences politiques Nicolas Maisetti. 

Benoît Payan assure vouloir continuer de porter les priorités affichées par le Printemps marseillais, comme la lutte contre le logement insalubre, la rénovation des écoles, ou la diminution des inégalités. En démissionnant, Michèle Rubirola avait estimé qu'il pourrait être "l'urgentiste" dont a besoin Marseille pour faire face à la crise sanitaire et à la situation financière de la ville.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/