1 min de lecture Politique

Marseille : quel scénario après la démission de Michèle Rubirola ?

Après son départ pour raisons de santé, la maire souhaite inverser les rôles avec Benoît Payan, son premier adjoint. Un échange de poste pas si évident.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Marseille : quel scénario après la démission de Michèle Rubirola ? Crédit Image : CLEMENT MAHOUDEAU / AFP | Crédit Média : Hugo Amelin | Durée : | Date : La page de l'émission
Générique 1
Hugo Amelin édité par Florine Boukhelifa

"L'abandon" titre La Provence mercredi 16 décembre après la démission de Michèle Rubirola, six mois à peine après avoir été élue maire de Marseille. Cette dernière souhaite inverser les rôles avec son premier adjoint, le socialiste Benoît Payan, que beaucoup considèrent comme un "apparat chic". L'élection sera décidée par le conseil municipal lundi prochain et ce tour de passe-passe n'est pas gagné.

Le match va se rejouer avec les mêmes règles que le 4 juillet dernier. Deux tours de vote pour atteindre la majorité absolue. Un troisième, si besoin, qui déboucherait sur une majorité relative. Cependant, les Marseillais espèrent ne pas en arriver là, il s'agit tout de même du quatrième tour de ces élections municipales.

Trois scénarios sont possibles. Le premier avec une gauche qui fait bloc derrière Benoît Payan. L'actuel adjoint a un profil plus politique que Michèle Rubirola. Pourtant, la situation est plus compliquée qu'il n'y paraît : certains collectifs citoyens mettent déjà la pression. Ils demandent que tous les militants de gauche soient consultés sur cette candidature. Samia Ghali, ancienne sénatrice des quartiers nord, va elle aussi négocier au sein de cette coalition de gauche pour obtenir plus de pouvoirs.

Rien n'est joué avant le vote

Deuxième scénario possible : une gauche qui se craquèle et des Républicains qui parviennent à récupérer quelques conseillers à gauche et à l'extrême-droite pour construire une coalition. Un plan un peu contre-nature et donc peu probable.

À lire aussi
Marseille
Sécheresse : les Bouches-du-Rhône placées en vigilance

Enfin, dernier scénario, tout le monde démissionne. Le préfet serait alors obligé d'assurer l'intérim. De nouvelles élections seraient organisées au moins de juin, pas avant, en raison de l'épidémie de coronavirus.

En tout cas, le rapport de force n'est pas clairement établi à Marseille. Des mécontentements et des trahisons sont toujours possibles. Les négociations sont lancées et vont durer jusqu'au vote de lundi.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Élections municipales à Marseille Élections municipales
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants