1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Législatives 2022 : les 13 circonscriptions à surveiller de près
9 min de lecture

Législatives 2022 : les 13 circonscriptions à surveiller de près

Ministres actuels ou sortants, anciens candidats à la présidentielle, personnalités issues de la société civile : tous seront en lice les 12 et 19 juin pour tenter de décrocher un siège de député.

L'hémicycle de l'Assemblée nationale le 17 février 2020.
L'hémicycle de l'Assemblée nationale le 17 février 2020.
Crédit : Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Marine Derquenne & AFP

Dimanche 12 juin aura lieu le premier tour des élections législatives. Un scrutin incertain à l'issue duquel Emmanuel Macron n'est pas sûr d'obtenir une majorité absolue. 

Plus largement, les enjeux de ce scrutin incertain sont multiples. Emmanuel Macron réussira-t-il son pari de constituer une majorité à l'Assemblée ? Quels ministres risquent leur place ? Le RN réussira-t-il à faire élire au moins 15 députés pour obtenir un groupe à l'Assemblée ? Les résultats permettront également de faire le point sur les partis historiques, à savoir le Parti socialiste et Les Républicains, sortis très affaiblis de cette élection présidentielle. Certaines circonscriptions seront à observer d'un peu plus près, de par leur enjeu particulier. Tour d'horizon des treize points que RTL surveille en vue des législatives. 

5e circonscription de l'Ain : Damien Abad y joue son avenir politique

Dans la 5e circonscription de l'Ain, le ministre des Solidarités Damien Abad, dans la tourmente après des accusations de viol, joue son avenir politique. Les accusations de viol auront-elles un impact sur le résultat de l'élection ? 

Seule véritable prise de la macronie, s'il perd dans son fief électoral où il s'était imposé haut la main sous l'étiquette LR, il devra démissionner du gouvernement. Transfuge des Républicains, il fait face à un adversaire de son ancien camp, Julien Martinez. Dans cette circonscription, les électeurs ont placé Marine Le Pen en tête du premier tour de la présidentielle avec 25,4% des voix.

4e circonscription du Loiret : Jean-Michel Blanquer, le parachuté

Plusieurs membres du gouvernement sortant se soumettent pour la première fois au scrutin démocratique. C'est le cas de l'ancien ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer. Son baptême du feu aura lieu dans la 4e circonscription du Loiret qui a toujours voté à droite depuis 1958. Face à lui, les candidats Ariel Lévy (LR), Bruno Nottin (Nupes) et Thomas Ménagé (RN) l'accuse de "parachutage". 

Du côté de Montargis, il entend conquérir le siège du sortant Jean-Pierre Door (LR), élu depuis 2002, qui ne se représente pas. Marine Le Pen (RN) est arrivée en tête dans cette circonscription au premier (32%) et au second tour (52%) de la présidentielle. Jean-Michel Blanquer semble être en mauvaise posture dans sa circonscription d'après un sondage publié par le JDD publiée fin mai. L'enquête démontre que l'ex-ministre peinerait à se qualifier au second tour face au RN et à la Nupes. 

4e circonscription du Var : Éric Zemmour espère avoir un siège à l'Assemblée

Arrivé 4e de la présidentielle avec 7% des voix,  Éric Zemmour a longtemps hésité avant d'avant d'annoncer sa candidature à Saint-Tropez, le scrutin de juin s'annonçant assez compliqué pour son camp après l'échec d'un accord avec le RN. Si Éric Zemmour "se présente, il part au carton", lançait Jordan Bardella le 11 mai dernier. 

Éric Zemmour a choisi de se présenter dans la 4e circonscription du Var, dans laquelle il avait fait un de ses meilleurs scores au premier tour de la présidentielle. Une circonscription où l'extrême droite a recueilli au total près de 47% des suffrages, Marine Le Pen étant arrivée première avec un tiers des voix devant Emmanuel Macron (24,1%). Le leader de Reconquête! aura face à lui un candidat RN, Philippe Lottiaux, et la sortante LREM Sereine Mauborgne. Éric Zemmour parviendra-t-il à obtenir une place à l'Assemblée, ou, plus largement, peut-il espérer obtenir des sièges dans l'hémicycle pour ses députés de Reconquête ?

4e circonscription des Bouches-du-Rhône : Manuel Bompard succède à Jean-Luc Mélenchon

Passation de témoin : l'insoumis Jean-Luc Mélenchon, qui a renoncé à se présenter aux législatives, a cédé sa circonscription à Marseille, historiquement ancrée à gauche, à son directeur de campagne, Manuel Bompard. Au premier tour de la présidentielle, le leader de LFI y avait obtenu plus de la moitié des voix (54,4%). Manuel Bompard, battu il y a cinq ans en Haute-Garonne, se défend lui aussi d'être parachuté. Il ne pourra d'ailleurs pas voter pour lui-même, étant inscrit sur la liste électorale d'une autre circonscription.

6e circonscription du Calvados : Élisabeth Borne y joue sa place

C'est la première fois que la cheffe du gouvernement se présente aux législatives. Élisabeth Borne est candidate au cœur du bocage normand, dans la 6e circonscription du Calvados. Originaire de Livarot, elle se défend d'être parachutée là où LREM avait obtenu l'un de ses meilleurs résultats en 2017 avec Alain Tourret, le sortant qui ne se représente pas. Elle affrontera un jeune investi par la Nupes, Noé Gauchard, et un candidat RN, Jean-Philippe Roy. Au premier tour de la présidentielle, Emmanuel Macron est arrivé ici en tête avec 30,8% des voix. La Première ministre ne prend donc a priori pas beaucoup de risque.

10e circonscription des Hauts-de-Seine : Gabriel Attal y est candidat

L'ancien porte-parole du gouvernement, nommé ministre des comptes publics dans le gouvernement Borne, est candidat à sa réélection dans la 10e circonscription des Hauts-de-Seine. "Je suis candidat à ma réélection car, il y a cinq ans, les électeurs ont fait ce choix audacieux de m’élire, ce qui m’a permis d’avoir ce parcours au sein du gouvernement. Je trouve ça sain de renouveler leur confiance. Si je ne suis pas élu, évidemment que