1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. ÉDITO - Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron, les risques du candidat planqué
2 min de lecture

ÉDITO - Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron, les risques du candidat planqué

Un responsable de la majorité résume la situation à 69 jours du premier tour : "Nous sommes sur des sables mouvants".

Emmanuel Macron à Berlin le 25 janvier 2022
Emmanuel Macron à Berlin le 25 janvier 2022
Crédit : TOBIAS SCHWARZ / POOL / AFP
Emmanuel Macron, les risques du candidat planqué
00:02:47
Emmanuel Macron, les risques du candidat planqué
00:02:47
L'Edito Politique Olivier Bost
Olivier Bost - édité par Gregory Fortune

Emmanuel Macron pourra-t-il éviter longtemps de se frotter à ses adversaires à l'élection présidentielle 2022 (premier tour le dimanche 10 avril) ? Le président de la République semble en surplomb de la campagne. Il flotte dans les sondages, au-dessus du marasme, de l’ennui et de la médiocrité. Mais cela semble fragile, avec la vraie-fausse attente de sa candidature

"On n’a pas encore lassé, mais il faut faire attention", s’inquiète un ministre. Car n’est-ce pas l’ennui et la médiocrité qui maintienne le chef de l’État artificiellement si haut ? La tendance peut vite basculer. Les autres candidats y travaillent, avec une petite musique. Valérie Pécresse ou Marine Le Pen demandent à Emmanuel Macron de déclarer sa candidature et de participer à des débats, bref, de descendre dans l’arène pour enfin arriver à parler de quelque chose.

Même si un Président sortant n’a jamais participé à un débat, en 2022, la demande n’est pas incongrue ou illégitime. Une élection, c’est bien une confrontation d’idée. Emmanuel Macron s’y oppose, et les arguments de ses proches s’entendent aussi. Pourquoi aller dans un débat pour se retrouver l’unique cible des 12 autres candidats ? Pour autant, la pression ne va pas retomber de sitôt. Marine Le Pen a expliqué lundi 31 janvier qu’elle ne participerait pas à des débats sans le chef de l’État.

Sables mouvants

C’est à se demander si la campagne va démarrer un jour. Un responsable de la majorité résume la situation : "Nous sommes sur des sables mouvants". Il y a la situation sanitaire, pas encore stabilisée, le pouvoir d’achat, hyper-sensible, et la situation internationale, tendue avec l’Ukraine et le Mali

À écouter aussi

Cette image des sables mouvants est inconsciemment très parlante. Si Emmanuel Macron bouge, il peut baisser, s’enfoncer. D’autant que jusque-là, les Français ont plutôt semblé chercher une alternative à un second tour Macron-Le Pen, une alternative au match retour. C’est comme ça que Éric Zemmour est monté comme une montgolfière dans les sondages. C’est comme ça que Valérie Pécresse a fait un bond après sa désignation chez les Républicains.

La campagne pourrait être tardive, très tardive

Un expert de l’opinion fait l’analyse suivante : généralement, au premier tour on choisit un candidat, au second on élimine. Là, en 2022, nous serions parti pour éliminer à chaque tour, faute d’entrain et d’envie. La campagne pourrait donc être tardive, très tardive. Ce qui pourrait donner des résultats bien loin des sondages d’aujourd’hui.

En Allemagne, aux dernières élections, 37% des électeurs ont changé d’avis dans le dernier mois. En France, nous pourrions atteindre un électeur sur deux... Qu’est-ce que ça change ?
La campagne est plus à la merci d’un accident que du coup de génie d’un candidat.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/