1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Donald Trump, une victoire à la Maison Blanche que personne n'avait vue venir
3 min de lecture

Donald Trump, une victoire à la Maison Blanche que personne n'avait vue venir

Le 8 novembre 2016, Donald Trump est élu 45ème président des États-Unis. Une élection que personne n’avait vu venir, une campagne électorale sans pareil et une Amérique coupée en deux, quasiment irréconciliable.

Donald Trump à la Maison Blanche, le 6 juin 2017
Donald Trump à la Maison Blanche, le 6 juin 2017
Crédit : NICHOLAS KAMM / AFP
RÉCIT - Donald Trump : le jour de son élection à la Maison Blanche
05:15
Bastien Robin - édité par Capucine Trollion

Nous sommes le 8 novembre 2016.  Aux États-Unis, de New York à San Francisco en passant par Detroit ou Cleveland, de nombreux américains font la queue devant les bureaux de vote. Après 8 années de présidence de Barack Obama, l’heure est au renouvellement.

Les Américains ont le choix : ils peuvent continuer pour 4 années supplémentaires avec un président démocrate, ou plutôt une présidente, qu’ils connaissent bien d’ailleursHillary Clinton, l’ancienne First lady, la femme de Bill Clinton, mais pas que. Car, Hillary Clinton a également une solide expérience politique. Durant le premier mandat de Barack Obama, elle a été sa secrétaire d’État aux affaires étrangères.

Cette présidentielle, elle y croit, car elle y pense depuis longtemps déjà. En 2008, elle s’était présenté aux primaires démocrates mais avait dû affronter Barack Obama, trop populaire pour être battu. Cette fois elle a réussi, elle a battu le senior Bernie Sanders, trop à gauche, pas assez consensuel, et est donc devenue la candidate du parti démocrate. 

C’est face à un homme qu’elle est censée écrire l’histoire aujourd’hui. Face à un candidat, républicain bien sûr, bipartisme oblige. Donald Trump, l’extravagant promoteur immobilier, propriétaire de concours de beauté, d’agences de mannequins, animateur télé. Celui dont on voit le nom écrit en grosses lettres sur les gratte-ciels qu’il a fait construire, à New York, Chicago ou Las Vegas.

Trump, le candidat de l'extravagance

À écouter aussi

Donald Trump était le cliché américain de l’extravagance, de l’outre mesure, et pourtant, il a réussi à s’imposer, et à remporter la primaire côté Républicain, créant la surprise. "Make America Great Again", rendre à l’Amérique sa grandeur, voilà ce que proposait l’outsider. À longueur de meeting, il faisait huer les journalistes, les migrants, les minorités.

Et sans que personne ne s’en aperçoive, il a réussi à mobiliser les oubliés de l’Amérique, les grands perdants de la mondialisation, ces Américains blancs, de la classe moyenne, au chômage, se sentant déclassés, délaissés par les 8 années de la présidence Obama. C’est une Amérique divisée par plusieurs mois de campagne médiocre entre ces deux rivaux qui se rend ce 8 novembre 2016 dans les urnes. 

Tous les sondages donnent Hillary Clinton gagnante, et même haut la main. Clinton pourtant, incarne la candidate démocrate de la côte est, intellectuelle et détestée par une bonne partie, voire par la majorité des électeurs républicains, qui voient en elle une femme, donneuse de leçons, arrogante.

La victoire surprise du candidat républicain

Les résultats, États par États, sont donnés. Et il faut bien dire qu’au fur et à mesure de la soirée, Donald Trump remporte, petit à petit, des États clés, ceux que l’on appelle les "swing state"; ces États qui ne sont ni républicains, ni démocrates, mais qui varient, en fonction des élections. Trump se met dans la poche l’Ohio, le Wisconsin, la Floride, et la Pennsylvanie. À partir de là, ce n’est qu’une question de minutes…

Aux alentours de 2 heures du matin, son téléphone sonne. Au bout du fil, c’est Hilary Clinton. Par politesse, et comme la coutume le veut, elle tient à reconnaître sa défaite et à le féliciter pour sa victoire. À quoi pense-t-il le président élu ? Il se dit sûrement qu’il tient sa revanche sur ces démocrates qui le méprisaient, à l’image du président Obama, qui l’avait raillé, en 2011, lors du dîner annuel des correspondants de presse, à la maison Blanche. 

On dit que c’est à ce moment-là, alors qu’il est ridiculisé en direct, humilié publiquement, que naît dans la tête de Donald Trump le désir de devenir président des États-Unis. Alors ce soir, il peut jubiler, et savourer sa victoire.

Retour ce soir dans Jour J de 20h à 21h  sur  une élection que personne n’avait vu venir, sur une campagne électorale sans pareil, et sur une Amérique coupée en deux, quasiment irréconciliable. Notre invité sera Nicole Bacharan historienne et politologue.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/