3 min de lecture Brésil

Coronavirus au Brésil : 100.000 morts, Bolsonaro silencieux... Le point sur la situation

Le Brésil vient de passer la barre des 100.000 morts du coronavirus. Jair Bolsonaro ne s'est pas exprimé sur ce chiffre symbolique.

Le président brésilien Jair Bolsonaro
Le président brésilien Jair Bolsonaro Crédit : EVARISTO SA / AFP
Aude Solente et AFP

Le Brésil est devenu, samedi 8 août, le deuxième pays à dépasser les 100.000 morts du coronavirus, après les États-Unis. Une hécatombe face à laquelle le président, Jair Bolsonaro, a dit avoir la "conscience tranquille" malgré les critiques.

Le Brésil déplore 478 morts par million d'habitants, un chiffre équivalent à celui des Etats-Unis (487), mais inférieur à celui de l'Espagne (609) ou de l'Italie (583). Plus de 1.000 décès quotidiens sont recensés en moyenne depuis plusieurs semaines, alors que la pandémie entre dans son sixième mois dans le pays.

Le plus grand pays d'Amérique Latine, peuplé de 212 millions d'habitants, a également franchi samedi un autre seuil symbolique, celui des 3 millions de personnes contaminées. Les chiffres officiels (100.477 morts et 3.012.412 cas confirmés de contamination) doivent toutefois être relativisés en raison de l'insuffisance de tests, les spécialistes estimant que le nombre total de personnes infectées pourrait être jusque six fois plus élevé.

Le rythme des contaminations s'accélère

Le rythme des contaminations s'est accéléré ces dernières semaines dans les campagnes, à l'intérieur des terres, et dans les régions où le virus est arrivé plus tard, notamment dans le Sud et le Centre-Ouest.

À lire aussi
La députée brésilienne Flordelis dos Santos de Souza le 22 mai 2019 meurtre
Brésil : une députée, mère de 55 enfants, accusée d'avoir tué son mari

En revanche, il est stable dans les Etats du Sud-Est comme Sao Paulo et Rio de Janeiro, les plus touchés en chiffres absolus, et en baisse dans les régions du nord, où la situation était catastrophique en avril et en mai.

La pandémie a jeté une lumière crue sur les inégalités du Brésil, le virus faisant des ravages dans les favelas, touchant particulièrement les populations noires et les indigènes d'Amazonie

Sur la plage de Copacabana, à Rio, l'ONG Rio de Paz a organisé samedi matin un lâcher de 1.000 ballons rouges en hommage aux personnes décédées du Covid-19 au Brésil, avec 100 croix noires plantées dans le sable.

Bolsonaro reste silencieux

Alors que les messages de solidarité envers les familles endeuillées et les critiques contre le gouvernement ont fusé sur les réseaux sociaux, le chef de l'Etat ne s'est pas prononcé sur ce chiffre tristement symbolique.

Jair Bolsonaro a simplement partagé samedi soir, un tweet du secrétariat à la Communication de la présidence, sur lequel on peut lire: "nous regrettons toutes les morts du Covid-19 ainsi que celles des autres maladies".

Il a également posté un tweet mettant en valeur les personnes rétablies. Ce même tweet célébrait la victoire de son équipe de football favorite dans le cadre du championnat national de football qui a repris samedi soir au Brésil.

Contrairement à l'exécutif, les principales institutions du pouvoir législatif et judiciaire, le Congrès et la Cour suprême, ont annoncé un deuil officiel en hommage aux 100.000 brésiliens terrassés par le virus.

L'opposition politique n'a pas manqué de fustiger la gestion, jugée chaotique, de la crise sanitaire par le gouvernement. L'ex-président de gauche, Lula, (2003-2010) a, par exemple, dénoncé samedi sur Twitter "l'arrogance d'un président qui a choisi de qualifier ce virus cruel de petite grippe, en défiant la science et même la mort, et qui portera en son âme la responsabilité de milliers de vies perdues".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Brésil Jair Bolsonaro Coronavirus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants