2 min de lecture Brésil

Coronavirus au Brésil : des médecins "cobayes" d'un vaccin

Des médecins font partie des 5.000 "cobayes" qui participent au Brésil aux dernières phases de test du vaccin mis au point par l'Université d'Oxford et le laboratoire britannique AstraZeneca.

5.000 personnes se sont portées volontaires pour la phase finale de test d'un vaccin
5.000 personnes se sont portées volontaires pour la phase finale de test d'un vaccin Crédit : GEORGES GOBET / AFP
Pierre
Pierre Jarnoux et AFP

Au Brésil, 5.000 volontaires prennent part aux tests de phase III (la dernière avant l'homologation) d'un vaccin mis au point par l'Université d'Oxford et un laboratoire britannique. "Je veux participer, c'est ma contribution à la science", explique la pédiatre Monica Levi, l'une des volontaires à Sao Paulo. 


"Mon credo c'est la vaccination. Alors, je me dois d'être cohérente avec ce en quoi je crois", ajoute le docteur Levi, 54 ans, qui exerce depuis 23 ans dans la Clinique spécialisée en maladies infectieuses et parasitaires et en immunologie (Cedipi). Le vaccin ChAdOx1 nCoV-19 développé par le laboratoire AstraZeneca est aussi testé au Royaume-Uni et en Afrique du Sud

Les volontaires sont recrutés principalement parmi les professionnels de santé qui, par leur profession, sont les plus exposés au virus dans ce pays, deuxième le plus touché au monde par la pandémie après les Etats-Unis.

Le processus de sélection est simple : "avoir entre 18 et 55 ans, travailler au contact du public, ne pas présenter des facteurs de comorbidité (c'est-à-dire de risque), et ne pas être enceinte" précise Monica Levi. 

À lire aussi
Une infirmière rend visite à un patient dans la banlieue de Manaus, dans l'État d'Amazonas. Brésil
Covid-19 : une ville du Brésil immunisée contre le coronavirus

Lorsque Monica Levi a raconté aux siens qu'elle allait servir de "cobaye", ses deux filles ont accepté sa décision et ses amis l'ont félicitée. Certains collègues ont estimé que c'était un choix risqué mais courageux. Monica Levi, qui a reçu une injection le 21 juillet, décrit avoir ressenti "un mal de crâne et des sueurs froides" le premier jour.

La moitié des volontaires reçoit le vaccin, tandis que l'autre se voit administrer un placebo. Elle ne sait d'ailleurs pas quelle version elle a reçu. 

Une situation inédite

Les laboratoires sont engagés dans une course contre la montre scientifique et commerciale pour freiner la propagation du coronavirus. Des hackers ont même tenté de voler les recherches des laboratoires

La spécialiste l'affirme : "Normalement, un vaccin est homologué quand l'essai est terminé. Mais avec cette pandémie, nous sommes face à une situation d'urgence et il est possible que les organismes de régulation donnent leur feu vert avec des données encore partielles"

"Il ne faut pas attendre un an. Beaucoup de gens vont mourir si l'on respecte les protocoles habituels", insiste-t-elle.

Le coronavirus a déjà infecté plus de 16 millions de personnes dont 2,5 millions au Brésil et fait plus de 650.000 morts dans le monde.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Brésil Santé Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants