2 min de lecture Épidémie

Coronavirus au Brésil : Bolsonaro admet enfin que ce sera "un grand défi"

Après avoir minimiser l'impact du Covid-19 et défié les mesures de confinement, Jair Bolsonaro a concédé mardi 31 mars qu'il s'agira "du plus rand défi" de sa génération.

"J'ai envie de te fermer la gueule à coups de poings", a répondu le président d'extrême-droite à une question posée par un journaliste d'O Globo.
"J'ai envie de te fermer la gueule à coups de poings", a répondu le président d'extrême-droite à une question posée par un journaliste d'O Globo. Crédit : EVARISTO SA / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
et AFP

Après Boris Johnson et Donald Trump, c'est au tour d'un autre sceptique face à la gravité du coronavirus de finalement prendre conscience de l'ampleur de la crise sanitaire à venir. Jair Bolsonaro, le sulfureux président du Brésil qui a bravé les mesures de distanciations sociales en s'offrant des bains de foules, a finalement abandonné la rhétorique de la "petite grippe". 

Il a ainsi admis mardi 31 mars que l'épidémie de Covid-19 constitue "le plus grand défi" posé à sa génération, tout en maintenant que la lutte contre la pandémie ne devait pas nuire à l'économie.

Tout en assurant que "le Brésil a beaucoup progressé ces quinze derniers mois", depuis son arrivée au pouvoir, il indique que le pays fait face désormais "au plus grand défi de notre génération", a reconnu le président d'extrême droite, lors d'une allocution solennelle.

Sauver des vies "sans oublier les emplois"

Mais jusqu'alors, Jair Bolsonaro a plutôt opté pour la minimisation de l'ampleur de la pandémie qui est arrivée au Brésil depuis plusieurs jours. Il a même directement fustigé les mesures de confinement prises dans le monde, mais également par la majorité des États brésiliens, leur opposant la nécessité de préserver l'économie et l'emploi.

À lire aussi
Un patient infecté par le coronavirus (illustration) coronavirus
Covid-19 : 81 morts en 24 heures, le taux de positivité en hausse

Bien qu'il semble prendre en compte la gravité potentielle de la menace du coronavirus, Jair Bolsonaro a tenu à mettre l'accent sur la nécessité de maintenir la bonne dynamique économique. "Nous avons une mission, sauver des vies sans oublier les emplois", a-t-il déclaré lors de son discours, dans la nuit de mardi à mercredi.

"D'une part, nous devons être prudents, prendre des précautions avec tout le monde, principalement avec les plus âgés et ceux qui souffrent de maladies sous-jacentes. D'autre part, nous devons lutter contre le chômage qui croît rapidement, particulièrement chez les plus pauvres", a argué le président.

"L'effet collatéral des mesures prises pour combattre le coronavirus ne peut pas être pire que la maladie elle-même", a-t-il justifié. Des concerts de casseroles ont accueilli son bref discours dans les grandes villes du pays. 

Défiance envers les mesures de confinement

Ses prises de position hostiles au confinement de la population vont à l'encontre des recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et des experts, y compris son ministre de la Santé Luiz Henrique Mandetta, un médecin. Jair Bolsonaro a même vu deux de ses vidéos suspendues par Twitter sur son compte officiel. En effet, on l'y voyait s'adonner à un bain de foule, en défiant sciemment le confinement.

Le président brésilien a également suscité une polémique mardi, en mettant en avant un extrait d'un discours du directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé Tedros Adhanom Ghebreyesus, insinuant que celui-ci était favorable à l'arrêt des mesures de distanciation sociale.

Ce que le directeur de l'institution a démenti sur Twitter, sans mentionner Jair Bolsonaro. "Je n'utilise pas ces mots pour nier l'importance des mesures de prévention contre la pandémie", a assuré le président brésilien dans son allocution. Quelque 201 personnes ont succombé au virus au Brésil, pays de 210 millions d'habitants, où les autorités ont prévenu que le pic de l'épidémie ne serait pas atteint avant fin avril.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Coronavirus Brésil
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants