2 min de lecture Société

"La réforme des retraites sera difficile à mener à bien d'ici 2022", souligne Lenglet

ÉDITO - Malgré l'épidémie de la Covid-19 et ses conséquences, la réforme des retraites demeure une des priorités du gouvernement. Mais réformer en temps de crise pourrait lui porter préjudice.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Réforme des retraites : une équation difficile pour l'exécutif Crédit Image : JOËL SAGET / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Quentin Marchal

La réforme des retraites divise-t-elle le gouvernement ? Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a affirmé, dimanche 29 novembre, qu'elle constituait "une priorité absolue" pour l'exécutif. Il a été aussitôt contredit par Élisabeth Borne, ministre du Travail, qui estimait au contraire que la priorité était de sortir de la crise, ainsi que par Marc Fenault, autre ministre. 

Le Premier ministre Jean Castex s'est exprimé, mardi 1er décembre, lors d'une réunion de la majorité, pour nuancer que ce n'était pas la priorité, mais "une priorité". Cela signifie que la réforme des retraites est un sujet impossible, qui fait l'objet d'appréciations différentes, et qui sera fort difficile à mener à bien d'ici 2022. Après ce qu'il faut bien appeler un échec, en 2019, avec un projet qui n'était ni compris ni apprécié par les Français, l'exécutif va chercher à le relancer pour des raisons politiques.

Il s'agit de convaincre les électeurs d'Emmanuel Macron, plutôt de centre et de droite, que le train des réformes n'est pas en panne, qu'il n'est qu'entravé par l'épidémie de la Covid-19. Et en particulier sur ce chantier qu'est la retraite, symbole du quinquennat du chef de l'État. Emmanuel Macron craint de se retrouver dans une campagne électorale en 2022 avec ce sujet sur la table, donnant prise aux accusations d'immobilisme. Il veut donc avancer.

L'exécutif confronté à deux dangers

SI Emmanuel Macron a abandonné l'idée d'un régime universel intégral, au moins pour ce quinquennat, il souhaite réaliser une première étape, avec trois caisses de retraite : une pour les fonctionnaires, une pour le secteur privé, et une pour les indépendants. Ces caisses étant appelées à fusionner un jour. Parallèlement, il souhaite mettre en place une retraite minimale autour de mille euros par mois. 

À lire aussi
Coronavirus France
Coronavirus : les discothèques accusent "une perte de 2,2 milliards d'euros"

Reste la question critique de l'allongement de la durée de carrière. À minima, il pourrait s'agir d'accélérer la réforme Touraine, déjà décidée, qui prévoit le passage à 43 années de cotisations obligatoires pour les générations nées après 1973. Cette mesure n'est pas faisable actuellement en raison des vents contraires puissants. 

La conjoncture détestable à cause des conséquences de la crise sanitaire, l'hostilité générale à cause de la réforme ratée de 2019 et l'opposition forcenée d'à peu près tous les syndicats sont problématiques pour le gouvernement. En effet, l'exécutif se trouve pris entre deux dangers : faire la réforme et déchaîner la crise sociale ou ne pas la faire, et désespérer son électorat.

Une réforme inintelligible

La complexité à mettre en œuvre cette réforme des retraites s'explique en partie par l'ambiguïté de départ, qui n'a jamais été levée. Le candidat Macron avait promis le régime universel, réforme du monde des schtroumpfs, où tout le monde était gagnant

Un projet qui n'avait ni queue ni tête, décidé sur un coin de table, dont les concepteurs avaient considérablement sous estimé les difficultés pratiques. Un peu comme pour la réforme des 35 heures de Lionel Jospin et Dominique Strauss Kahn, il y a vingt ans. 

Dans cette réforme des retraites, l'idée défendue par Bruno Le Maire qu'il faut allonger la durée de carrière, tout simplement parce que l'espérance de vie a augmenté et que nos comptes sont en déficit, s'est imposée peu à peu. Or, la superposition des deux projets a rendu l'ensemble inintelligible. Faire passer un projet incompréhensible qui déchaîne l'hostilité générale, c'est déjà pas simple en temps normal mais avec la crise économique du siècle, la voie de passage sera très étroite

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Réforme des retraites Retraites
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants