2 min de lecture Société

Retraites : Borne estime que la réforme n'est pas une priorité, contrairement à Le Maire

Remboursement de la crise sanitaire, dispositif de justice sociale… Élisabeth Borne et Bruno Le Maire se sont nettement opposés sur le sens de la réforme des retraites et les priorités des autorités.

La ministre du Travail Élisabeth Borne à l'Assemblée nationale, le 24 novembre 2020 à Paris.
La ministre du Travail Élisabeth Borne à l'Assemblée nationale, le 24 novembre 2020 à Paris. Crédit : Anne-Christine POUJOULAT / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

Plusieurs points de désaccord persistent entre la ministre du Travail et son homologue de l’Économie. Si Bruno Le Maire juge la réforme des retraite essentielle pour rembourser la dette liée à l’épidémie de coronavirus, ce n’est pas l'avis Élisabeth Bornel. Dimanche 29 novembre, cette dernière a estimé que cette mesure n’était pas une "priorité absolue". Le sens de la réforme est également au cœur des débats entre les deux ministres. 

Dans un entretien paru  dans Le Parisien, Bruno Le Maire s’est dit animé par "la conviction forte" que la réforme des retraites devrait être "la priorité absolue". À l’inverse, Élisabeth Borne considère que "protéger les emplois" est indispensable. "C'est l'avis unanime des partenaires sociaux", a-t-elle rappelé sur le plateau de "Dimanche en politique" sur France 3. "La priorité absolue, c'est de sortir de la crise sanitaire, économique et sociale".

Par ailleurs, Bruno Le Maire estime que ce nouveau dispositif de redistribution des retraites permettra à l'État "de rembourser la dette" provoquée par la pandémie, grâce au "retour de la croissance" et à la "maîtrise" des dépenses de fonctionnement. Mais pour Élisabeth Borne, ce n'est pas l'objet de la réforme. 

Une réforme pour "un système universel équitable"

"C'est une réforme de justice sociale, qui vise à mettre en place un système universel plus équitable. C'est sur ce sujet que je chercherai à reprendre les concertations avec les partenaires sociaux", a-t-elle déclaré. 

À lire aussi
Coronavirus France
Coronavirus : les discothèques accusent "une perte de 2,2 milliards d'euros"

En outre, la ministre a noté, à l'intention de son collègue, que ce calendrier social "avait été acté autour du Premier ministre". "Il faut trouver un chemin pour reprendre les discussions avec les partenaires sociaux", a-t-elle ajouté, sans préciser les étapes de l’agenda de plus en plus serré d'ici la présidentielle.

Élisabeth Borne a ainsi estimé que la réforme des retraites doit être le fruit d’une "concertation avec les partenaires sociaux", dans le cadre "d'un débat parlementaire apaisé" et non par l’intermédiaire du "49.3", comme cela a été fait en première lecture à l'Assemblée avant l'éclatement de la crise sanitaire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Retraites Réformes
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants