2 min de lecture Activité économique

Coronavirus : l'impact de la crise sur l'économie pourrait être moins lourd que prévu

D'après les autorités, l'économie française devrait moins chuter que prévu, soit 10% de baisse en 2020. Toutefois, elles prévoient un taux de chômage record en 2021 et de nombreuses suppressions de postes.

micro generique L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Coronavirus : l'impact de la crise sur l'économie pourrait être moins lourd que prévu Crédit Image : ERIC PIERMONT / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Florise Vaubien

Alors que l'épidémie de coronavirus a provoqué une crise sanitaire sans précédent, la situation s'éclaircit : l'économie française devrait moins chuter que prévu. Avant l'été, à la sortie du confinement, les autorités pensaient finir l'année avec une récession à -11%, qui aurait été un énorme coup de frein, puis constater un rebond de 8% en 2021. Toutefois, mercredi 16 septembre, le gouvernement a revu les perspectives : coup de frein un peu moins marqué, soit 10% de baisse.

On sait que la consommation se maintient, c'est un des moteurs de la croissance les plus puissants. Avec un réservoir d'épargne de près de 100 milliards qui servira de turbo en sortie de crise. Globalement, au niveau mondial, on est en train de se rendre compte que l'impact de la crise sera sans doute moins lourd

En revanche, l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) s'est montrée mercredi un peu plus réservée sur l'année prochaine. Il est possible que le rebond soit aussi un peu moins important que ce qu'on pensait. Pourquoi ? Parce que le risque sanitaire (notamment en France) est toujours présent et que la crise retardera peut-être le redémarrage. Par ailleurs, les autorités vont appliquer les plans sociaux qui vont peser sur le moral, la consommation et donc la relance du pays.

Plus de 51.000 postes détruits

Les prévisions du taux de chômage sont difficiles à évaluer, mais le gouvernement prévoit toujours 800.000 chômeurs d'ici la fin de cette année, annulant ainsi toutes les baisses enregistrées depuis trois ans. Il faut sans doute prévoir 12% de chômage dans un an. Un niveau qui n'a même pas été atteint lors de la crise de 2008.

À lire aussi
Yves Veyrier de Force Ouvrière, le 3 mars 2020 activité économique
Bridgestone : "On ne lâchera rien", martèle Yves Veyrier (FO) sur RTL

Rappelons que la machine s'est arrêtée en mars : le gouvernement l'a ravitaillée à coup de chômage partiel, d'aide à la trésorerie et d'exonération de charges. Mais maintenant il faut remettre le contact et tous les moteurs ne vont pas repartir.

La correction risque d'être violente sur le marché du travail. Les ventes d'avions et les vols aériens ne retrouveront sans doute pas un niveau normal avant 2024. Quant au nombre de plans de réduction d'effectifs, on en recense 345 aujourd'hui contre 231 à la même époque l'an dernier. Et, surtout, ces plans vont détruire 51.066 postes, c'est trois fois plus de postes supprimés que l'an dernier. Mercredi, Emmanuel Macron a déclaré lors du Tour de France qu'il fallait s'habituer à vivre avec le virus. C'est vrai aussi pour notre économie.

Coup dur pour Fauchon

Le célèbre traiteur parisien Fauchon avait été fragilisé par les manifestations des Gilets jaunes; le coronavirus l'a achevé. Il a annoncé la fermeture de ses 2 magasins Place de la Madeleine et va licencier 77 salariés.

La note : 40/20 à deux français qui font flamber Wall Street

De son côté, la société "Snowflakes" a fait son entrée en bourse. L'entreprise fondée en 2012 par Benoit Dageville et Thierry Cruanes, stocke et analyse les datas, toutes ces informations que nous laissons sur internet comme le petit poucet. Elle était sensée valoir 30 milliards mais les investisseurs se sont jetés sur la pépite et elle valait 60 milliards, soit le double à la fin de la journée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Activité économique Crise économique Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants