2 min de lecture Réforme des retraites

Retraites : "Une réforme paramétrique" pour faire des économies, selon Natacha Polony

BILLET - Le retour de la réforme des retraites risque de se traduire par le retour d'une politique d'austérité, qui sera vécue comme une punition.

micro generique L'oeil de... Natacha Polony & Valérie Trierweiler & Philippe Caverivière iTunes RSS
>
Retraites : "Une réforme paramétrique" pour faire des économies, selon Natacha Polony Crédit Image : Ludovic MARIN / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
micro générique
Natacha Polony édité par Victor Goury-Laffont

C’est apparemment une nouvelle polémique qui fracture le gouvernement : dans Le Parisien Dimanche, Bruno Le Maire a qualifié, ce 29 novembre, la réforme des retraites de "priorité absolue".


Marc Fesneau, ministre des relations avec le parlement, et Élisabeth Borne, ministre du travail, ont aussitôt démenti. Qui faut-il croire ? Bien malin qui peut répondre à cette question, d’autant que derrière, le patron de la République en Marche Stanislas Guérini renchérit sur le thème, appelant à reprendre les réformes.
Du coup, on aimerait savoir : le retour de la réforme des retraites en pleine crise sanitaire, alors que la précarité explose, est-ce parce qu’il faut faire croire qu’il n’y a pas eu de changement de cap et que la politique proposée en 2017 était la bonne, ou parce qu’il faut bien payer la dette, comme l’explique le ministre de l’Économie ?


Depuis le début de ce quinquennat, on a appris que, quand il y a deux options, c’est toujours l’option financière qui l’emporte. Ce que veulent les députés macronistes, c’est la promesse de départ : une réforme de structure, qui aille vers un régime universel, plus équitable.

Ce qui aura lieu, c’est ce qu’annonce Bruno Le Maire : une réforme paramétrique, où l’on va bouger les curseur pour que ça coûte moins cher parce qu’il faut bien que quelqu’un paye le "quoi qu’il en coûte".

Poser la question de la dette à l’échelle européenne

À lire aussi
réforme des retraites
Retraites : la réforme reste une "priorité", déclare Bruno Le Maire sur RTL

Pourtant on aurait tout intérêt à poser la question de la dette à l’échelle européenne, avec différentes possibilités. D’abord, des obligations à très long terme, une dette perpétuelle dont l’enjeu est de rembourser les intérêts. Ensuite, de la création de monnaie par les Banques centrales de chaque pays, au nom de la Banque centrale européenne.

L’enjeu, c’est d’étaler au maximum cette dette. Et dans un monde idéal, on crée de l’inflation pour diminuer le poids de cette dette pour les jeunes générations. Encore faut-il être d’accord en Europe.

Un risque de retour d'une politique d'austérité

Marine Le Pen a justement tweeté : "Dans le contexte actuel, qu'est-ce qui peut sérieusement justifier que la réforme des retraites soit une 'priorité absolue' ?! Bruno Le Maire, qui exige cela de vous? La Commission en contrepartie du plan de relance ?".

Encore de la faute de l’Europe, donc… Sauf qu’en l’occurrence, c’est une question que beaucoup de monde se pose.

Le plan de relance n’est toujours pas adopté parce que la Pologne et la Hongrie refusent la clause sur le respect de l’État de droit, mais il n'a de toute façon pas été validé par les pays dits frugaux, qui exigent des ristournes et profitent d’une monnaie sous-évaluée pour eux et surévaluée pour leurs voisins, qu’à la condition que les autres se serrent la ceinture.
Une fois de plus, on risque de se retrouver avec une politique d’austérité qui va freiner les investissements et ralentir la reprise, et une réforme des retraites qui n’aura rien à voir avec celle que les Français acceptaient, qui était dans les promesses d’Emmanuel Macron. Là, ça ressemblera seulement à une punition.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réforme des retraites Retraites Bruno Le Maire
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants