2 min de lecture Santé

Les infos de 12h30 - Coronavirus : le délai d'injection du vaccin Pfizer maintenu

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a clarifié la position du gouvernement sur le délai d'administration de la seconde dose du vaccin Pfizer, qui est maintenu entre trois et quatre semaines.

journal switch Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Maltraitance animale : "Il y a un gros retard de la France", estime le spécialiste Christophe Marie Crédit Image : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP / POOL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Sophie Aurenche édité par Quentin Marchal

Face à la pénurie de doses de vaccin contre le coronavirus en France, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a dû clarifier le calendrier et notamment le délai à respecter entre les deux injections. Ce sera entre trois et quatre semaine et non six semaines, comme l'avait proposé la Haute autorité de santé.

Plusieurs raisons expliquent ce délai. D'abord, l'absence de données scientifiques sur l'efficacité de la première dose alors que Pfizer évoque 50% contre 33% par une étude israélienne et la crainte que ce chiffre soit inférieur chez les plus âgés persiste. Ensuite, l'intensité de la protection du vaccin n'est pas encore connue tout comme la durée à moyen terme.

Olivier Véran ne veut donc prendre aucun risque et souligne que "nous sommes face à une part d'inconnus et d'incertitudes". "Je fais donc le choix de la sécurité des données validées et dont on maîtrise la pleine compréhension" a ajouté le ministre de la Santé.

En espaçant les doses à six semaines au lieu de trois ou quatre, on ne vaccinerait pas beaucoup plus de monde et il y aurait un risque de manque de compréhension de la population. Par ailleurs, il faudrait alors décaler le million de rendez-vous déjà pris pour la deuxième dose, pour ceux qui ont déjà été vaccinés. 

À écouter également dans ce journal

À lire aussi
Union européenne
Coronavirus en Europe : Macron évoque la mise en place d'un "pass sanitaire"

Politique - Face aux conséquences de la crise du coronavirus, la ministre du Travail, Élisabeth Borne, a affirmé, ce mardi 26 janvier, que "le quoiqu'il en coûte durera aussi longtemps que nécessaire". "La priorité est de sauver le maximum d'emplois" a-t-elle également souligné.

Tendances - Le spectre d'un nouveau confinement inquiète les entreprises.  Selon une enquête réalisée par la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), un chef d'entreprise sur deux (49%) estime "ne pas être en capacité de supporter un troisième confinement".

Société - La RATP est à nouveau dans le viseur de la Cour des Comptes. Selon un rapport, la Régie verse à ses salariés quelque 311 primes, dont certaines apparaissent comme incongrues. Elles représentent un coût total de 344,1 millions d’euros.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Santé Olivier Véran
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants