2 min de lecture Écologie

Vendée Globe 2020 : qu'est-ce qu'un foil ?

ÉCLAIRAGE - Sur les 33 bateaux au départ de ce Vendée Globe 2020, 19 seront équipés de foils, des appendices qui permettent littéralement de voler et d’atteindre des vitesses folles.

"Hugo Boss", le monocoque de Alex Thomson @
"Hugo Boss", le monocoque de Alex Thomson @ Crédit : ATRacing
fred veille
Frédéric Veille Journaliste RTL

Depuis quelques années, la course au développement et aux nouvelles technologies a pris une place prépondérante sur le Vendée Globe. C’est ainsi qu’il y a moins de 10 ans les foils se sont mis à pousser, comme de grandes moustaches, sur les coques des bateaux afin d’aller toujours plus vite et de battre des records.

Avec l’apparition de ces appendices, on peut estimer le gain de vitesse à au moins 20%, ce qui veut dire que le record de la précédente édition - 74 jours, 3 heures, 35 minutes et 46 secondes par Armel Le Cléac’h - pourrait bien exploser cette année. D’ailleurs, le Gallois Alex Thomson et son Imoca révolutionnaire au cockpit fermé le dit clairement : "On peut viser entre 59 et 70 jours selon la météo". 

Voilà de quoi donner des frissons aux amateurs de voile et aux passionnés de la course, toujours impressionnés lorsque ces luges océaniques se lèvent au-dessus de l’eau dès 12 nœuds de vent grâce à leurs foils. Ceux-ci sont apparus sur l’édition 2016-2017 (six bateaux en étaient équipés contre 19 cette année) mais n’étaient pas aussi grands et allongés que ceux dont disposent huit skippers aujourd’hui : des foils qui peuvent avoir une envergure de sept mètres, permettant au bateau de voler à plus de 30 nœuds.

Fragilité

Sur le papier, ce sont donc le "Charal" de Jérémie Beyou , le "Apivia" de Charlie Dalin, le "Hugo Boss" de Alex Thomson ou encore le "Linked out" de Thomas Ruyant, les monocoques équipés de foils de dernière génération, qui ont le plus de potentiel et qui s’affichent en grands favoris. Mais attention, ces derniers se sont révélés fragiles lors des derniers mois. Sébastien Simon ou encore Armel Tripon en ont récemment fait l’amère expérience. 

À lire aussi
voile
Kévin Escoffier rejoint Armel le Cléac’h sur le futur Maxi trimaran Banque Populaire XI

Les monocoques plus anciens mais optimisés avec des foils 2020 ont donc leur carte à jouer, car même s’ils sont moins rapide, ils sont plus robustes, à l’image du "Bureau Vallée" de Louis Burton (l’ancien "Banque Populaire", vainqueur en 2017) ou encore le "PRB" de Kévin Escoffier.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Écologie Greta Thunberg Vendée Globe
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants