2 min de lecture Voile

Vendée Globe 2020 : Arnaud Boissières en quête d'un record

PORTRAIT - Cet obsessionnel du tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance est venu à bout des trois dernières éditions. S’il termine celle à venir, il deviendra le seul marin à l'avoir fait quatre fois d’affilée.

Arnaud Boissières
Arnaud Boissières Crédit : Christophe Favreau
fred veille
Frédéric Veille édité par Gregory Fortune

Il y a un peu plus d’un an, il fut le premier inscrit pour cette 9e édition du tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance. C’est dire si entre le Vendée Globe et Arnaud Boissières (48 ans), c’est une longue histoire d’amour, de passion, de vie, d’envie. Une envie qui débute alors qu’il n’a que 17 ans et qu’il assiste au départ de la 1re édition. "Ce jour-là, ce fut comme un déclic. Un appel", explique-t-il.

Cinq ans plus tard, le Bordelais de naissance devient skipper professionnel et se lance dans l’aventure, à l’assaut des océans. Mini Transat, Transat Anglaise, Transat Jacques Vabre... Le voilà qui touche au but une première fois en novembre 2008 lorsqu'il il fait partie des 30 marins au départ de la 6e édition du Vendée Globe. Il termine 7e, en 105 jours, loin derrière le vainqueur Michel Desjoyeaux. Mais qu’importe. Il a réussi à dompter l’Everest des mers : ils ne sont que 11 à l’arrivée. 

En 2012, c’est un nouveau départ. 20 concurrents sur la ligne, 11 à l’arrivée. Parmi eux, Arnaud Boissières, 8e, arrivé 13 jours après François Gabart. Puis vient l’édition 2016, remportée par Armel le Cléac’h. Il termine 10e. Comme d’habitude, la mascotte des habitants des Sables-d’Olonne, ville où il a posé ses sacs depuis 2007, l’acclame lorsqu’il arrive, épuisé mais heureux d’avoir surmonté les nombreux ennuis techniques, une inondation et des dégâts électroniques.

C’est une tranche de vie, une obsession

Arnaud Boissières
Partager la citation

Cet obsessionnel du tour du monde est donc venu à bout des trois dernières éditions. S’il termine celle à venir, il deviendra le seul marin à l'avoir fait quatre fois d’affilée. "Ça ne s’improvise pas du jour au lendemain de faire le Vendée Globe, souligne-t-il. Ça se mûrit. Tu prépares le bateau longtemps à l’avance. C’est une tranche de vie, une obsession."

À lire aussi
Vendée Globe
Vendée Globe : à quelles heures sont attendus les premiers ? Quand sera connu le vainqueur ?

Arnaud Boissières, que tout le monde sur les pontons surnomme "Cali", est donc en quête d’un record qui lui tient à cœur. "Dans une vie de marin, ou dans une vie tout court, je ne peux souhaiter que ça à quelqu’un, de faire un tour du monde sans escale, sans assistance, en course. C’est quelque chose d’épanouissant. C’est quelque chose dont tu reviens différent, qui te fait mûrir, ou rajeunir. Qui permet aussi de relativiser par rapport à beaucoup de choses de la vie, de ce qui se passe partout. C’est hyper épanouissant, c’est hyper excitant".

Monocoque entièrement rénové

Malgré la crise sanitaire qui a perturbé le chantier d’optimisation de son monocoque, "La Mie Câline-Artisans Artipôle", l’ancien Ecover 3 avec lequel Mike Golding a couru deux Vendée Globe, a été entièrement rénové. Ont été installés un nouveau mât-aile 100% carbone, de nouveaux safrans et, surtout, des foils, qui devraient lui permettre de rivaliser sur ce tour du monde, où il espère décrocher cet exploit que personne n’a réalisé avant lui.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Voile Vendée Globe
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants