2 min de lecture Voile

Vendée Globe 2020 : Thomas Ruyant, un marin en Nord

PORTRAIT - Selon les observateurs, le skipper des Hauts-de-France est l’un des favoris de cette 9e édition du Vendée Globe.

Thomas Ruyant
Thomas Ruyant Crédit : Pierre Bouras/TR Racing
fred veille
Frédéric Veille édité par Gregory Fortune

Selon les observateurs, Thomas Ruyant est l’un des favoris de cette 9e édition du Vendée Globe. Récent 3e de la Vendée-Arctique - Les Sables-d’Olonne, le skipper de Malo-les-Bains (tout près de Dunkerque) a marqué les esprits et pourrait bien s’inviter en janvier prochain sur le podium de l’Everest des mers.

Et pourtant, à 39 ans, ce n’est que la deuxième fois qu’il va s’élancer sur le Vendée Globe. La première, en 2016, s’était soldée par un échec : à quelques jours de Noël, son monocoque s’était presque coupé en deux après avoir heurté un objet flottant non identifié au large de la Nouvelle Zélande. 

Mais déjà, le jeune Nordiste avait ébloui ses pairs en ramenant héroïquement son bateau disloqué à bon port. "J’ai vécu ça comme un accident de voiture avec un choc ultra violent", se souvient Thomas Ruyant. "Mais cela n’a pas entamé ma motivation d’y retourner". Bien au contraire. 

"Remontada" sur la dernière Transat Jacques Vabre

Avec son moral d’acier et une victoire quelques mois plus tard sur la Transat AG2R La Mondiale, Thomas Ruyant a monté un nouveau projet, construit un nouveau bateau en Italie, une luge océanique volante capable de l’aider à revenir sur cette épreuve majuscule qu'est le Vendée Globe avec des prétentions crédibles à la victoire. 

À lire aussi
Clément Giraud voile
Vendée Globe 2020 : Clément Giraud renaît de ses cendres

Son Imoca "Linked out", a été mis à l’eau en septembre 2019. Et très vite, Thomas Ruyant l’a testé sur la Transat Jacques Vabre. Essai concluant. Après une escale technique forcée à Cherbourg pour régler des soucis d’électronique, il était reparti 27e et dernier et avait réalisé la plus belle des "remontada" pour finalement passer la ligne à Bahia en 4e position.

On a créé un bateau fougueux et violent !

Thomas Ruyant
Partager la citation

"Une nouvelle ère a débuté avec ces nouveaux foilers qui révolutionnent véritablement la manière d’appréhender la navigation en monocoque", souligne le skipper, qui évolue désormais dans une toute nouvelle dimension. "On a créé un bateau fougueux et violent !", avoue-t-il.

Navigateur, mais aussi entrepreneur à la tête de TR Racing, Thomas Ruyant sera donc l’une des attractions de ce Vendée Globe. Il a découvert la voile il y a tout juste 15 ans, lorsqu’il est tombé nez à nez, sur un parking de Dunkerque, avec un mini 6.50 qu’il a acheté et rénové avant de se lancer dans le grand bain.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Voile Vendée Globe
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants