1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Vendée Globe 2020 : Giancarlo Pedote, la boxe, la philosophie et la voile
2 min de lecture

Vendée Globe 2020 : Giancarlo Pedote, la boxe, la philosophie et la voile

PORTRAIT - Le 8 novembre prochain, 33 marins s’élanceront pour un tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance. Parmi eux, un seul Italien, l’autodidacte Giancarlo Pedote.

Giancarlo Pedote
Giancarlo Pedote
Crédit : François Van Malleghem
Frédéric Veille - édité par Gregory Fortune

Son sourire et son accent enchantent les pontons depuis quelques années maintenant et vont apporter une petite touche "ritale" dans ce Vendée Globe où, depuis Alessandro di Benedetto en 2012, les Italiens étaient aux abonnés absents. Huit ans plus tard, Giancarlo Pedote s'apprête à prendre le départ du Vendée Globe, dimanche 8 novembre.

Pour cette 9e édition, le natif de Florence (44 ans) sera seulement le 5e skipper transalpin à prendre le départ, à la barre de l’Imoca à foils "Prysmian Group". Il s'agit de l’ancien bateau de Jean-Pierre Dick, avec lequel il avait terminé 4e du dernier Vendée Globe avant, quelques mois plus tard, de remporter la Transat Jacques-Vabre.

"La transaction s’est faite sur une plage de Bretagne où j’ai croisé Jean-Pierre, explique Giancarlo Pedote. Au fil de la discussion, il m’a dit que son bateau était à vendre. J’ai sauté sur l’occasion".

La réalisation d’un rêve

Giancarlo Pedote

Et voilà comment sa première participation au Vendée Globe a pris forme. "Quand je me suis installé en France en 2009, cette perspective me semblait un rêve lointain. J’étais concentré sur ma première participation à la Mini Transat. Aujourd’hui, ce que je vis est la réalisation d’un rêve. Ça me charge d'énergie".

À lire aussi

Ce rêve, Giancarlo ne l’avait même pas envisagé lorsqu’il était enfant ; ses parents, fonctionnaires, n’avaient pas les moyens d'inscrire leur fils dans une école de voile. Mais depuis l’enfance, il aimait la mer. À 12 ans, son père casse sa tirelire : il se voit offrir une planche à voile avec laquelle il s'amuse au large de Follonica.

Boxe et philosophie

Mais comme le jeune Giancarlo est un touche à tout, c’est aussi, sur le ring, en pratiquant la boxe et le full contact, qu’il s’épanouit dès lors qu’il sort de l’école. "On apprend beaucoup de la boxe, l’humilité surtout", souligne-t-il.

Bon élève, ce n’est pas sur les mers qu’il passe son adolescence mais sur les bancs de l’université où, à 18 ans, il obtient son diplôme en philosophie. Mais l’appel de la mer est trop fort. Il devient instructeur de planche à voile, de dériveur, de catamaran puis il enseigne dans des formations de skippers dans la région Toscane avant de découvrir la voile en solitaire.

Et c’est à Larmor-plage et à Lorient que l’enfant de Florence pose ses valises, apprend le large, mais n’oublie pas ses années d’écriture en publiant deux ouvrages pratiques de référence sur la voile en Italie, "ce pays dont je suis si fier en voyant le drapeau italien flotter sur mon Imoca".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/