6 min de lecture Fil Futur

Missions sur Mars, astéroïdes... Que va-t-il se passer dans l'espace en 2021 ?

ÉCLAIRAGE - Après une année 2020 faste, les prochains mois s'annoncent tout aussi palpitants en matière d'exploration spatiale. Tour d'horizon des événements à ne pas rater.

La planète Mars, capturée par le centre de contrôle de mission
La planète Mars, capturée par le centre de contrôle de mission Crédit : Indian Space Research Organisation (ISRO)
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Malgré la pandémie de coronavirus qui a paralysé la planète, 2020 a été une année on ne peut plus faste pour l'exploration spatiale. Et l'année 2021 s'annonce tout aussi passionnante. 

Les mois écoulés ont vu plusieurs missions se lancer en direction de Mars. Les États-Unis ont retrouvé un accès autonome à l'espacela Chine a décroché la Lune et des sondes spatiales sont revenues sur Terre avec de précieux morceaux d'astéroïdes

L'année qui débute promet d'être également palpitante avec de nouvelles avancées décisives pour la fusée pour Mars de SpaceX. Dès février, ensuite, les missions parties l'été dernier se poseront à la surface de Mars pour explorer la planète rouge. 

Les prochains mois verront aussi de nouveaux télescopes commencer les observations et la Nasa essayer de dévier un astéroïde. Tour d'horizon des événements à ne pas rater dans l'espace lors des prochaines semaines.

Février : les missions martiennes arrivent à destination

À lire aussi
espace
SpaceX : pourquoi le dernier test de la fusée Starship est un succès malgré l'explosion

Le mois de février devrait être marqué par l'arrivée des trois missions martiennes parties de la Terre en juillet dernier, Mars 2020 pour les États-Unis, Tianwen-1 pour la Chine et Hope pour les Émirats arabes unis. 

Les trois missions ont profité d'un alignement entre Mars et la Terre qui a lieu tous les 26 mois, permettant des voyages plus rapides et plus efficaces lorsque les deux planètes sont du même côté du Soleil. Elles doivent s'insérer dans l'orbite de Mars en février. Mais seules les missions américaine et chinoise se poseront à la surface de la planète rouge.

Le 18 février, le rover de la Nasa Perseverance est censé se poser en début de soirée sur le cratère martien Jézèro pour forer le sol de la planète à la recherche de signes de vie extraterrestre. Il sera rejoint fin avril par le rover chinois Tianwen-1, en quête de poches d'eau souterraines. 

De son côté, l'orbiteur de la mission spatiale arabe doit se placer en orbite autour du 9 février pour dresser une carte globale du climat de la planète sur une année martienne.

La mission Perseverance
La mission Perseverance Crédit : Handout / NASA / AFP

Mars : Osiris-Rex lance son voyage retour de deux ans

Cinq mois après avoir réussi sa périlleuse manœuvre sur l'astéroïde Bennu pour y récolter des échantillons de son sol, la sonde américaine Osiris-Rex doit amorcer son retour sur Terre courant mars pour un voyage de plus de deux ans. 

Au terme de ce périple, la sonde devra se poser dans le désert de l'Utah à l'aide d'un parachute pour livrer sa précieuse cargaison et permettre aux scientifiques d'analyser les gravats qui recèlent peut-être de nouvelles connaissances sur la formation du système solaire.

29 mars : nouveau vol test de Boeing vers l'ISS

Après plusieurs tentatives avortées, dont la dernière en fin d'année, Boeing va retenter de faire voler sa capsule CST-1000 Starliner jusqu'à la Station spatiale internationale le 29 mars, à l'occasion d'un test sans équipage déterminant en vue de l'obtention d'une habilitation à transporter des astronautes pour le compte de la Nasa. 

Si ce vol se déroule sans encombre, le géant de l'aéronautique pourra embrayer sur une mission de démonstration avec trois astronautes de la Nasa et commencer à rattraper le retard accumulé sur SpaceX.

Printemps : Pesquet de retour à bord de l'ISS

Thomas Pesquet va s'offrir une deuxième virée dans l'espace. L'astronaute français doit partir au printemps à bord de la mission Crew Dragon-2 de SpaceX pour remplacer quatre membres d'équipage de l'ISS et étudier le vieillissement des cerveaux humains.

"On sait qu'une mission dans l'ISS est équivalente à un vieillissement d'à peu près de 10 ans. On va étudier ce phénomène sur des cellules souches, c'est porteur de plein d'applications pour des thérapies du cerveau par exemple", confiait l'astronaute à RTL cet été. Le décollage doit avoir lieur fin mars. Le Français devrait rester six mois en orbite.

Premier semestre : la nouvelle station spatiale chinoise en orbite

Jusqu'où s'arrêtera la Chine ? Le grand rêve chinois de s'imposer comme une puissance spatiale de premier plan est plus que jamais à l'ordre du jour après le succès de ses missions lunaires en fin d'année dernière. Et le pays ne compte pas ralentir la cadence cette année.

Outre l'exploration de Mars avec le rover Tianwen-1, la Chine espère mettre en orbite sa nouvelle station spatiale dès cette année. Le pays doit envoyer la pièce principale de sa future base avant la fin du premier semestre 2021 et achever la construction de la station d'ici deux ans.

Dotée de trois modules, la station pourra accueillir six astronautes et permettre à la Chine de mener ses propres missions scientifiques en orbite sans dépendre de l'Europe ou du Japon. Elle deviendra alors le troisième pays à en assembler une par ses propres moyens.

Juillet : la mission DART pour dévier un astéroïde

Que peut faire l'humanité face à un astéroïde de grande taille qui menace de s'écraser sur Terre ? Pour éviter le pire, les États-Unis et l'Europe élaborent des stratégies de défense spatiales depuis plusieurs années. 

L'une d'elle consiste à dévier la trajectoire de l'objet menaçant en envoyant un satellite kamikaze dans l'espace. C'est l'objet de la mission DART qui doit s'élancer en juillet en direction de l'astéroïde Didymos afin d'évaluer l'efficacité du système. L'impact est prévu pour fin 2022.

Visuel fourni par l'Agence spatiale européenne d'un test d'impact sur l'astéroïde Didymos observé par la sonde AIM
Visuel fourni par l'Agence spatiale européenne d'un test d'impact sur l'astéroïde Didymos observé par la sonde AIM Crédit : AFP PHOTO / EUROPEAN SPACE AGENCY

16 octobre : comprendre le système solaire grâce aux astéroïdes

Cet automne, la Nasa doit faire décoller une sonde baptisée Lucy en direction de Jupiter afin d'explorer durant la prochaine décennie les nombreux astéroïdes qui gravitent autour de la géante gazeuse. 

Presque aussi vieux que le Soleil, ces astéroïdes, qui partagent la même orbite que Jupiter, sont considérés par les scientifiques comme des capsules temporelles de la naissance du système solaire. 

Leur étude pourrait permettre de comprendre comment se sont formées les planètes et comment la vie peut y apparaître. Lucy sera la première mission spatiale à les étudier. Elle tire son nom du fossile d'australopithèque découvert en 1974 qui a fourni un aperçu de l'évolution de l'humanité.

>
Lucy Mission Overview: Journey to Explore the Trojan Asteroids

Fin octobre : lancement du télescope spatial James Webb

Après une longue attente, 2021 sera peut-être l'année de l'avènement du télescope spatial James Webb qui devait s'élancer vers les étoiles dès 2007 pour prendre la succession de Hubble

Fruit d'un investissement de près de 10 milliards de dollars pour la Nasa et les agences partenaires, James Webb promet des vues sans précédent de l'univers dans l'infrarouge grâce au plus grand miroir primaire jamais conçu jusqu'à présent. Son lancement est prévu fin octobre avec une fusée Ariane 5.

La première lumière de l'observatoire Vera Rubin

Après une région de la planète Mars et un astéroïde, l'astrophysicienne Vera Rubin a donné son nom à un télescope. Décédée en 2016, la scientifique à l'origine de la découverte de la matière noire prête désormais son patronyme au Large Synoptic Survey Telescope dont la construction s'est achevée l'an dernier.

Vera Rubin est en quelque sorte le plus grand appareil photo au monde. Il sera capable d'immortaliser des panoramas complets du ciel de 3.200 mégapixels en capturant plus de 1.000 images chaque nuit avec une précision inédite lui permettant de repérer des objets dans des galaxies lointaines. 

L'observatoire doit réaliser sa première image astronomique en milieu d'année avant d'être installé au Chili. À terme, il devrait avoir photographier 20 milliards de galaxies.

Novembre : premier test pour la mission Artemis

50 ans après le programme Apollo, les États-Unis ont de nouveau des ambitions lunaires. La Nasa espère reposer un pied sur la Lune d'ici 2024 avec la mission Artemis

Le programme prévoit un plan en trois étapes. Fin 2021, une première mission doit mener le lanceur géant SLS (Space Launch System) et la capsule Orion sur l'orbite de la Lune sans aucun humain à bord. 

La mission Artemis revêt une importance capitale pour les États-Unis qui souhaitent maintenir leur leadership face au développement de programmes spatiaux par des puissances concurrentes, comme la Chine. Mais de nombreux spécialistes estiment que ces délais seront quasiment impossibles à tenir.

Vue d'artiste de la mission Artemis à la surface de la Lune en 2024
Vue d'artiste de la mission Artemis à la surface de la Lune en 2024 Crédit : Nasa
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Fil Futur Propulsé Espace
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants